Wednesday, 28 January 2009

KABILA S'ENCOMBRE

JOSEPH KABILA S’ENCOMBRE ET LES VAUTOURS HUMANITAIRES SE FROTTENT LES MAINS.

L’Est de la RDC a toujours été explosif, pas seulement à cause de la nouvelle forme de guerre inaugurée par le jeune président du grand pays. C’est la terre des volcans, c’était le grénier de la République jusqu’à la fatidique année 1994, sa géographie, sa flore et sa faune vous coupent tout simplement le souffle, n’est-ce pas explosif ça ? Cependant l’évolution des choses depuis la semaine dernière prend de plus en plus les allures d’une éruption volcanique, et pas celle du Nyamulagira dont les vulcanologues de Goma annoncent déjà les signes. Il va y avoir du remous, mais c’est du remous politique. Peut-être le Nyamulagira y mettra du sien sans crier gare, ce qui n’arrangera pas le destin du peuple. Quels remous politiques peut-on envisager ?

Echéances électorales et repositionnement politique.

Oui les Nokos ont fabriqué une simili-démocratie sur la superficie d’un magma de problèmes politiques non résolus. C’est connu, mais on y reviendra. Le ticket qui a installé le chef de l’Etat avait un slogan, emmener la paix dans tout le pays. Mais surtout restaurer la paix à l’Est du pays. Ce qui n’est pas arrivé. D’abord parce que les Nokos, après avoir exporté et installé les génocidaires en RDC, ont contribué activement à les maintenir comme un facteur destabilisateur. Ils n’ont jamais rien fait à leur propos depuis Lusaka en 1999 jusqu’à Rome en 2005, et finalement le fameux accord de Nairobi. Ensuite parce que, contre l’avis de ces mêmes Nokos, le chef de l’Etat a voulu résoudre les problèmes politiques des ressortissants du Nord-Kivu par les armes, sans pour autant avoir une armée. Pendant que les insurgés du Nord-Kivu réussissaient à contraindre le pouvoir au dialogue, les remous politiques ont commencé. Les Nokos s’agitaient parce que sachant que les insurgés ont des doléances politiques sérieuses. Il ne fallait pas risquer d’y répondre sans avoir joui des bénéfices d’avoir payé 500 millions d’euros pour introniser le pouvoir à Kinshasa. En écoutant les doléances des insurgés sur le plan national et international, on risquait de faire face à la tache gigantesque de penser au peuple plutôt qu’à la poche ou au champ d’influence de certains. Je l’ai dit ici beaucoup de fois, on a traîné les pieds à Nairobi pour trouver une manière d’adopter l’option du Rais et ses parrains, à savoir le programme Amani. Je posterai tantôt le lien sur une nouvelle de l’ONU qui le réitère.

Mais tout cela était sans compter sur la vitesse que le dynamique Rwanda et Kabila allaient imprimer sur le cours des événements en prenant tout le monde de court. On ne compte que des heures entre la scission provoquée au sein du CNDP (les dollars payés à Bosco Ntaganda, le transfert d’un Munyampenda à Masisi pour faire figure politique à côté d’un militaire de la trempe de Ntaganda, les déclaration du fameux Dr Kamanzi qui ne s’y connait absolument pas en maquis etc...), la ruse assez simple (une fois qu’on la connait) d’attirer Laurent Nkunda en détention et le début des opérations conjointes entre la RDF et les FARDC. On ne peut pas vraiment inclure le CNDP parce que Bosco Ntaganda ne compte pas grand chose comme militaires l’ayant suivi dans sa démarche hasardeuse. Parfaite synchronisation des faits spéctaculaires sur lesquels Kabila compte pour engranger la confiance de son électorat qu’il a surtout fait souffrir. Consternation du peuple auquel Kinshasa a habitué des discours vilipendant le Rwanda. Jusque là les congolais savent que Kinshasa insulte le Rwanda. Et les tutsis congolais sont traités de rwandais par les congolais comme si cela était une insulte. Mais en politique on peut passer des insultes aux embrassades sans transition. Kabila le démontre depuis la semaine dernière et les congolais doivent s’y faire vouloir ou pas, car c’est la réalité.

Qu’est-ce que tout cela a à voir avec le repositionnement politique ? Eh bien le président de l’assemblée nationale s’est dit surpris des accords et des opérations qui en ont résulté. Il a dit que si c’était vrai, c’était grave, montrant qu’il n’était pas au courant de la démarche menée par Katumba Mwanke et John Numbi au Rwanda (selon Braeckmann pour maintenir le secret et laisser dehors les kivutiens http://blogs.lesoir.be/colette-braeckman/2009/01/27/le-double-pari-de-kabila-et-kagame/). Depuis, il est allé demandé des explications au président, sous pression des députés. Et c’est ici qu’on voit les signes du shift au sein de la toute puissante AMP, et c’est certain que c’est en vue des prochaines échéances. Evariste Boshab avait déjà rappelé à Kamere qu’il fallait faire confiance au président. C’est d’ailleurs ce que Etumba lui même s’était empressé de faire, une fois qu’il s’est rendu compte qu’il avait parlé trop vite en confiant aux medias qu’il ne savait rien. La motion des députés de l’opposition portant sur la convocation d’une session extraordinaire pour débattre des opérations a été déchirée par ceux de la majorité. Le repositionnement se dessine, on ne peut s’y méprendre. Lambert Mende lui a été le fidèle porte-parole du gouvernement insistant que le Rwanda a été invité. Et après il a même dit à Radio Okapi que le gouvernement avait été surpris de la surprise du président de l'assemblée... Sideling somebody here?

Les encombrements du Rais

Et voilà le premier encombrement du président de la république, c’est-à-dire la scission au sein de son cercle de faucons. La scission n’est plus seulement entre l’opposition et la majorité, mais celle-ci également semble se diviser. Les Kivutiens perdent leur « clout » autour du président et quand cela arrive, les plus sûrs, c’est la famille, le Katanga. Le deuxième encombrement du président c’est l’autre scission qu’il a créée : entre Bosco Ntaganda et Laurent Nkunda. L’arrestation de Nkunda a accompli le miracle d’une victoire finale de kabila contre ce dernier. Gérard Prunier a pourtant dit à IRIN que c’était le résultat « d’un désespoir, d’une incompétence et de l’animosité personnelle ». Mais l’utilisation de Ntaganda ne peut pas produire de gros résultat pour Joseph Kabila. HRW, la CPI, même la MONUC désespèrent de prouver au monde qu’ils sont efficaces. Ils ont déjà commencé à faire pression pour que Bosco Ntaganda soit arrêté. Il faut souhaiter que ces vautours lui accordent au moins le temps de jouir de son argent qui le prix de quelque chose de très précieux. Mais ils ne lacheront pas si vite. La délégation que Kinshasa a envoyé à la Haye pour négocier le retrait du mandat contre Ntaganda.

Le dernier encombrement du président est sa propre capacité de convaincre le monde, surtout les vautours, de la justesse de sa coopération avec la RDF. Vous pouvez voir la pression se formuler clairement ici : http://www.crisisgroup.org/home/index.cfm?id=5886. En plus ce n’est pas certain que l’opération contre les FDLR soit un succès en 15 jours, même pas en une année. Tout au plus ils vont être repoussé le plus loin possible dans la forêt. Mais alors, les troupes qui les chassent devront s’installer d’où elles les ont chassées pour a’assurer qu’ils ne reviendront pas. Les FDLR ont affirmé à maintes reprises qu’elles ne retreront pas de manière forcée. Pour que cela se fasse, il faut de troupes qui connaissent mieux le terrain et bien plus nombreuses et mieux équipés. Ce dernier encombrement est juste, si pas une erreur de calcul de la part de Kabila, un mensonge aux institutions et à son peuple. 15 jours ? C’est simplement ridicule. Et c’est sur ce point-ci que l’ONU patauge et va patauger, à moins que l’UA ne la secoure à Addis-Abeba cette fin de semaine.

4 comments:

Anonymous said...

On peut se tromper ou s'illusionner devant certains événements quand chacun essaie de scruter l'avenir ou d'analyser ce qui s'est passé ou n'a pu se faire.

Ce qui vient de se passer en accéléré et pratiquement à contre sens au Congo, ressemble, étrangement, à un ensemble d'actions pour prévenir ou déjouer certains projets. Sinon, d'anticiper sur l'évolution des événements politico-militaires qui se dessinent à l'est de la RDC.

Aussi, et si on avait programmé la mort ou la destitution de Kabila, avec Kamerhe comme nouveau président, ou installer un second dictateur à la Mobutu pour pouvoir agir sans plus se préoccuper de jouer dans la dentelle?

Qu'est-ce que je viens d'écrire? Une idée plutôt saugrenue, c'est tout! Mais les Twin Towers ont été démolis un 22 septembre en pleine journée et Bagdad a été pris par les troupes américaines.

Le caractère quasi légal de la présence de Nkunda et du CNDP sur l'échiquier politique congolais d'une part; et d'autre part, la victoire militaire du CNDP pratiquement provoqué par et sur les FARDC, ont créé une nouvelle donne qui appelait la communauté internationale à voler au secours du régime de kabila sans oublier les centaine de milliers de fugitifs à sortir de la boue après les viols des FARDC imputés au CNDP. Même Goma avait été préparé par les FARDC par des pillages croyant le CNDP envahir la ville.

Je ne dirais pas de Kiwanja, une bavure prêtée au CNDP pour le besoin de la cause un peu comme l'avion rwandais abattu, disent les Bruguières, par Kagame et son équipe de tirailleurs français. D'ailleurs, on dit ou sous-entend qu'il pourrait se rapprocher de la Françafric grâce aux boniments de Kouchner et Sarko!!

Donc, le Rwanda, en s'interposant, aurait sauvé Kabila menacé d'un lynchage prémédité afin de modifier le système politique instable actuel. L'Ouganda a joué de fausse exemple.

Ceci expliquerait peut-être le fait que Kamerhe, le chef de l'état major et les chambres n'ont pas été informés de ce brusque retournement des alliances.

Cela expliquerait encore les interrogations des fameux humanitaires qui tardent encore à réagir à chaud.

Ce qui pourrait expliquer aussi l'inertie de la MONUC face à ce changement du front à leur insu.

Bien entendu, ce n'est qu'une supposition. Mais je la signe quand même. :-)

Bagambiki

Antoinette said...

Intéressant la convergence d'idée, je me reservais d'écrire un peu plus tard suivant l'éevolution de choses que je pensais en Kamerhe comme une possible altérnative à Kabila pour une certaine fraction de la dite communauté internationale. Autrement je ne m'explique pas comment les extrémistes du Nord-Kivu n'ont pipé mot quant au retour de la RDF. Ils ont été pris de court parce que probablement trop sûr d'un autre plan... Braeckmann l'a interviewé lui plutôt que le rais... Alan Doss continue à penser qu'il est possible de ressusciter le programme Amani qui fait partie du plan de crise que Kamerhe a proposé au gouvernement et dont il regrette amèrement la non prise en considération etc... On verra!

Anonymous said...

Il faut aussi ré-analyser l'interview de Kamerhe chez JA et qui est avec la réaction de Mutaboba.
Son aplomb et ses explications, voire les questions posées, témoignent de son assurance et de l'éventualité dans sa prise de pouvoir mais qu'il balaie sans plus.

JA est et reste une revue fort branchée surtout comme officine de la Françafric.

Bagambiki

Anonymous said...

Il faut aussi penser que l'instabilité de l'est de la RDC, càd les Kivu, et la présence du FDLR ne sont que des facteurs visant à déstabiliser aussi le Rwanda qui est le "target" N°1, l'organisation à détruire coûte que coûte.
Ceci n'est pas irrationnel dans les états majors de certains pays et chez certaines croyances religieuses.

Tout politique rwandais, congolais ou autre de la région qui penserait autrement est simplement aveugle ou inconscient.

Bagambiki