Thursday, 4 December 2008

LE PARRAIN TOURNE CASAQUE!

C'est de Louis Michel qu'il s'agit. Le voici en train de fustiger l'option guerrière de Kabila. Peut-on le croire? Jusque là il n'a pas donné à l'opinion trop de raisons de le croire. D'où une prudente reserve s'impose! S'il ne veut pas de guerre apparement, en revanche son pays veut participer au renforcement de la MONUC. Est-ce la Belgique qui fournira les hélicoptères de combat qu'attend Mr Alain LeRoy? La rapidité des événements nous le dira. Mais la petite Belgique a tout à perdre diplomatiquement s'elle veut jouer, meme sous couvert de la MONUC, le role qu'a joué la France dans les Grands Lacs en 1994.

La France et le PPRD ont chanté la semaine dernière que l'ITURI avait été définitivement pacifié par l'Opération Artemis. Mais voici ce qu'en dit notre MONUC: http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-37787937@7-60,0.html

9 comments:

Anonymous said...

A l'est rien de nouveau (c'est un titre d'un grand livre allemand).

Tiens, tiens, on entend plus les gémissements des humanitaires à l'est. Serait-il possible que les victimes congolaises soient en lieu sûr? Ou serait-ce le fait qu'ils soient rentrées chez eux? A moins que, chose difficile à croire, les humanitaires soient devenus aphones à force de crier ou les victimes toutes décédées.

Bref, tant que le CNDP se bat contre les autres mouvements rebelles et pas contre les FARDC qui ont déguerpi, la situation redevient calme.
Bref, la force spéciale qui doit arriver dans trois mois peut même arriver en retard sans porter à conséquence. Ils ont tout le temps ...

Ceci pour dire que cette histoire macabre ou épisode tragique pour les habitants du nord Kivu n'était qu'un montage trivial pour faire peur à la communauté internationale afin qu'elle lâche les affreux et mercenaires européens.
Il faut que les Congolais eux-mêmes, sans autre intermédiaire, se mettent d'accord rapidement pour chasser les FDLR et leurs protecteurs humanitaires. Cela devient plus que urgent! Il en va de leur survie. Au besoin il faudra changer que le parlement face un geste, un pas décisif.

Bagambiki.

Antoinette said...

Bien vu, surtout le dernier paragraphe!

Antoinette said...

Mais soudain, je doute que le parlement veuille ou soit apte à faire quoi que ce soit. Je crois que le CNDP devrait saisir l'opportunité pour ce que je peux appeler "fédérer la population à partir de la base"!

Anonymous said...

Moi je pense plutot qu'avant de federer la population, le CNDP doit d'abord eliminer du Nord Kivu ces criminels de FDLR. Sinon c'est peine parce que la pauvre population sera toujours en debandade ou dans les cas de concentration des humanitaires!

Antoinette said...

S'il se veut crédible, le CNDP doit à la fois parer contre les criminels et fédérer la population, ainsi que d'autres sympatisants. Il m'a déjà été demandé ici quel est la vision du mouvement. Je pense qu'il est temps que celle-ci soit graduellement portée à la connaissance de l'opinion. Certains croit que le fameux Cahier des Charges ne contient que quelques revendications d'ordre militaire seulement, ou simplement tribal etc... Et à cela que je fais allusion quand je parle de fédérer la base. En fait cela devrait etre une action simultanée de bas en haut et dans l'ordre horizontale! Je suppose que le Mouvement le fait déjà, mais le fait que les média ne parlent que de ses exploits militaires et l'accusent faussement d'exactions, laisse croire que ses activités à d'autres niveaux sont quasi absentes en apparence!

Anonymous said...

Suis parfaitement d'accord avec vous. Mais avant tout, il faut restaurer la paix. Or tant que ces criminels de FDLR sont encore la, on ne pourra rien faire de bon. Pour FARDC et mai mai c'est tres facile, ils vont disparaitre d'eux meme.

Antoinette said...

C'est possible d'appliquer une approche holistique, parce que le problème est complexe. Si le CNDP attend d'erradiquer les FDLR, ce n'est pas demain la veille qu'il instaurera la paix, car la paix est un pilier fait de plusieurs facteurs. Un pilier en béton est fait de métal, de ciment et autres matériaux. Un pilier en granit par la multitude de cristaux qui forme le granit. Le facteur "erradiquer les FDLR" est très important et urgent, mais s'il n'est pas accompagné par une serie d'autres mesures simultanées (à montrer aussi à l'opinion), il sera difficile, pour le mouvement d'éliminer l'étiquette de simple milice. C'est d'ailleurs ce que ses ennemis veulent. Or selon ce que j'en comprends ce n'est pas un mouvement qui ne fait autre chose que guerroyer! C'est fort possible que vous en sachiez plus que moi!

Anonymous said...

Les doléances légitimes de Laurent Nkunda et de son CNDP.
La croisade de Nkunda (car j'appelle cela une croisade), l'officier supérieur de l'armée congolaise est venu à point en 2004 pour sauver ce qui pouvait encore être sauvé de ce pays avec la montée en force des forces négatives dans la région et sous le patronage de certains milieux européens et religieux bien connus.
Face à une agression caractérisée de certains pays européens contre les pays de la région des grands lacs (ce n'est pas moi qui a inventé cette expression mais ces envahisseurs), un enfant du pays a osé se mettre sur le chemin de ceux qui étaient déterminés à continuer l'extermination de son peuple et à mettre son pays sous le joug de l'esclavage léopoldien et à la Jules Ferry, le matamore français.

D'accord, ceci est pour le côté lyrique de l'épopée de Nkunda car c'est bien une épopée. Que lui, sa famille, son peuple et son pays soit bénits et que les mânes de nos ancêtres l'assistent dans son œuvre.

Dernièrement, Obasanjo est allé demandé à Nkunda ce qu'il voulait au juste comme s'il ne l'avait déjà exprimé haut et fort. Ce que j'appelle ses doléances peuvent se résumer en quelques phrases: trouver des personnes, autres que les Mbuza Mabe (le si bien nommé), avec lesquelles il peut s'entendre pour sauver son pays tout en le libérant de cette étreinte mortelle pour son peuple et pour la région. Même s'il n'est pas né dans des camps de réfugiés des Tutsi rwandais, il en fait parti et il est de cette jeunesse africaine qui a juré de se battre et de vaincre l'oppression dont souffre l'Afrique.

Pour moi, Nkunda vient de gagner une bataille décisive contre ces forces négatives même si elle n'est pas définitive avant de les avoir chassées du pays. Et il a très bien mené son combat en sériant ses objectifs. Il est loin le maquis et les rebelles d'antan des Sumialo, Gbenye at les autres ...

La stratégie de Nkunda a toujours semblé équivoque de commencer par défendre sa communauté au lieu de fixer les objectifs trop haut.
Dans mon milieu culturel, on dit que la vache qui va paître commence toujours à l'enclos. De même que celui qui va semer uburezi (que tout habitant du Kivu connait) commence par lui-même (charité bien ordonnée, commence par soi-même). Pourtant, cela ressemble aussi à la stratégie d'un fameux général chinois, nommé Sun-tzu, si je ne me trompe, qui préconisait entre autres, dans son art de la guerre, d'attaquer ou d'attendre son ennemi d'abord par ses points faibles et là où on le domine, etc.

Après les dernières gaffes et les ratés de la fameuse communauté internationale sous la houlette de la France, le ciel vient de s'éclaircir. Car il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.
Par cette nouvelle situation, vaincre les FDLR devient plus facile dès que cette organisation criminelle n'a plus de couverture ni de support direct du fallacieux état congolais en faillite et en déroute. D'ailleurs ne dit-on pas que la pierre mise à nu ne peut plus briser la houe.
Toutes les organisations qui supportaient les FDLR seront maintenant bien ennuyées pour les approvisionner à moins qu'elles ne trouvent des solutions de rechange, tels que des zones "Turquoise" bis ou d'autres subterfuges; ce qui est d'ailleurs fort possible et à craindre.

Nkunda et le CNDP vont entrer maintenant dans une "zone" trouble et de tous les dangers car les coups bas de dernière minute vont surgir à coup sûr. L'ennemi ne peut abandonner la bataille aussi facilement qu'elle l'a perdue sur le terrain de Masisi et Rucuru.
Un coup d'état contre Kabila est fort possible tout comme d'autres tentatives de sabotage et de terre brûlée sont tout aussi possibles.
D'ailleurs l'idée d'amener des troupes pour casser Nkunda reste en vigueur.
C'est ici où les vrais et les faux amis dans la classe politique congolaise vont se révéler utiles ou dangereux. L'ingérence étrangère ne va pas manquer, cela va de soi, pour essayer d'imposer des accords inapplicables. Bref, cela peut être un remake d'Arusha des 15 années passées sur le Rwanda et les Congolais devront éviter ce piège.
Les pays africains limitrophes devraient aussi jouer leur rôle de protection approchée...
La RDC et son Kivu restent des fruits trop juteux pour les laisser aux Congolais seuls.

Bagambiki.

Antoinette said...

Oui, les coups bas ne vont pas manquer. Je crois que ces gars s'y attendent, mais on n'est jamais assez préparé. Ils ont cependant un certain avantage, c'est la vitesse à laquelle vont les choses. Le théatre de Ntambwe Mwamba à Goma n'est pas un tampon suffisant pour combler le vide que le NON des Européens à une force au Kivu a laissé. Donc il s'agit de prendre l'adversaire de court sans lui donner le temps de monter des subterfuges trop sophistiqués de manière à faire en sorte que le poisson se morde la queue.