Saturday, 20 December 2008

FAIR PLAY

C'est là un genre inconnu ou absolument méconnu par les acteurs de l'establishment politique de l'actuelle RDC. La preuve c'est l'information de la radio onusienne que j'ai postée ici hier. Pendant que la règle d'or des pourparlers en cours à Nairobi semble être celle de sèvrer quelque peu les media, pour la simple raison que la diffusion des pourparlers non encore achevés est toujours prématurée, et part conséquent improductive, Radio Okapi a démontré hier, que quelque acteur gouvernemental, ou tout au moins onusien, tenait à faire transparaitre quelques nouvelles portrayant la délégation du CNDP sous une lumière encore une fois négative. Quand est-ce que les tenants du pouvoir et la fraternité du quatrième pouvoir à eux affiliée apprendront-ils le sens de l'expression fair play?
Et voilà un aspect du fameux rapport de l'ONU qui a tant fait jaser Kinshasa. Un aspect qu'il serait opportun d'enquêter à fond, car il s'agit de l'axe terroriste qui se forme tranquillement entre le SOUDAN, la RDC et le ZIMBABWE. Cela ne m'étonnerait pas que l'ANGOLA soit impliquée!
  • Zimbabwe May Have Received Chinese Arms via Congo , UN Says
    19 December 2008 (Bloomberg)
    — The United Nations has “credible information” that Chinese weapons were sent to Zimbabwe via the Democratic Republic of Congo, according to a report by the organization.
    An attempt by China to transport arms to Zimbabwe in April was blocked by a South African labor union that instructed its members to refuse to unload a shipment that arrived in Durban , South Africa . Attempts to dock at ports in neighboring countries were unsuccessful. China was criticized over the shipment by the Zimbabwean opposition and the U.S.

    Zimbabwe is experiencing a political crisis after the opposition Movement for Democratic Change won the most seats in a parliamentary election in March and then boycotted a June run- off for the post of president because of alleged attacks on its supporters by ruling party backers, the police and military. A power-sharing agreement signed in September is yet to be implemented after talks broke down.
    Between Aug. 20 and 22 this year a Boeing aircraft transported 53 metric tons of ammunition destined for the Zimbabwean army from Congo to Zimbabwe, said Marty Natalegawa, chairman of the UN Security Council committee probing conflict in eastern Congo, according to the report.
    While the transportation doesn’t violate an arms embargo on eastern Congo it does show that Congo may be being used as a transshipment point for weapons destined for other countries, according to the report. The UN has written to the government of China and is awaiting a response, it stated.
    An employee who answered the phone in the Chinese Ministry of Foreign Affairs press office said he was unaware of the report and declined to immediately comment. Calls to the Congolese government didn’t’ connect.
    ‘Hunting Purposes’
    The United Nations also found ammunition of Zimbabwean origin in the DRC’s Rumangabo district. Congolese authorities captured a Bulgarian-made RPG-7 rocket grenade launcher and 7.62 millimeter ammunition made by state-owned Zimbabwe Defense Industries Ltd. under its trade name “Cheetah..’’
    “The Zimbabwean authorities responded that the ammunition was made for hunting purposes and that Zimbabwe has not supplied arms to the Democratic Republic of Congo since its troops withdrew in 2002 and has not provided any military material to Uganda, Rwanda or Burundi, although those countries did capture some Zimbabwean equipment during the 1998-2003 war,’’ according to the report.
    7.62 millimeter ammunition is used in AK-47 assault rifles, the most commonly used weapon in African rebellions. Zimbabwe deployed troops to Congo during a civil war in the country to support the government of Joseph Kabila from rebels from the east, who were backed by Rwanda and Uganda .
    Calls to Zimbabwe ’s army commander Philip Sibanda at Harare ’s King George VI barracks weren’t answered today. Calls to Zimbabwe Defense Industries, which owns two factories in Harare , were also not answered.
    Under U.S. and European Union trade embargoes, it is illegal to do business with ZDI.
    The shipments were reported earlier by the Johannesburg- based Mail & Guardian newspaper..

8 comments:

Anonymous said...

What can we keep in mind? Well, simply that France, under Sarkozy's speech, recognized that some friendly countries like Angola with its troops can easily replace EU soldiers.
Further, I suggest the next link to catch how Angola will work using some help from China. They won't need any more shipping ammunitions by see.
http://www.rfi.fr/actufr/articles/108/article_76079.asp

The other important notice is about Somalia issue of piracy:
http://www.rfi.fr/actufr/articles/108/article_76178.asp

The proposed solution in Somalia could be applied to DRC if things are worsening. This step is easy for Kabila and his evil axis of Angola, Zimbabwe, China and with EU supermen.
"Don't worry, be happy" as the song says ...
Congolese may prefer to dance dombolo but till when?

As a recall on what I posted about the French criminality in Africa, I got this link about Malagasy extermination by French government in 1947:
http://www.rfi.fr/actufr/articles/108/article_75987.asp

So what can expect Kabila and his government for his nation when working with France and EU if nothing else than death and destruction for the Congolese of Kivu? Ok, malamu! if the other regions remain safe!!!

DRC is no democratic country if foreign troops, being even from UNO, are sitting all over the country and if others are planning to invade the country.
Soon, with the Somali solution, we shall see some Danish or Swedish troops landing at Goma airport to go hunting the remaining CNDP rebels reputed to be Tutsi in the Rutchuru hills.

Those rumors over weapons transport or smuggling and special reports from UN specialists are not for peace resolutions but for war preparation, for sure.
Bagambiki

Big Don said...

Hi Antoinette & Others Tutsis

Just like I told you guys few days ago. I quote : "An important stock of weapons and ammunitions was delivered to the government of Kinshasa."

You didn't really believe me. Now, where are we today ? This is again, prove to Antoinette that she doesn't know what she is talking about. And she always behind when it comes to broadcasting news. BIG DON is always ahead!

I am going to tell you this for the last time. THE NAIROBI TALKS is just away to buy time so that the international community can have sufficient time, to fill some "loop holes" that they have found in the Congolese army.

Those "loop holes" were mentioned by André Flahaut at Colette Braeckman blog, I quote:

"Il faut dire aussi que l’armée congolaise a manqué de munitions : alors que l’ONU avait levé l’embargo, le « code de bonne conduite » européen (vivement soutenu par la Belgique) a empêché de livrer des munitions commandées en Tchéquie. Les rebelles, eux, n’avaient pas tous ces problèmes…"

So,"l’armée congolaise a manqué de munitions" said Flahau.

So, when the international community will finish filling those gaps [supplying weapons and ammunitions] in the Congolese army, the Congolese officials will pool out of the Nairobi talks. And the real WAR or the final assault that will lead to a total destruction of tutsis and CNDP will then begin.

To be honest, this is exactly what we want, and WE ARE READY FOR IT!

Again, We will never forgive Nkundabatware and tutsis, for the brutal murders of over 5 millions Congolese.

Le sang de Congolais crie vengeance. "La chasse aux tutsis, we are ready for it!"

THE REAL WAR IS ON THE WAY... Is just the matter of days and not months!

Because all weapons, ammunitions, mercenaries, Angolan and Zimbabweans troops are already on the ground. So, LET DESTROY THOSE TUTSIS!

BIG DON.

Anonymous said...

Nkunda joue à la diversion
(Le Potentiel 20/12/2008)

Il semble avoir perdu la boussole, le rebelle Nkunda. Il avait pourtant le vent en poupe dans toutes les chancelleries, depuis le déclenchement de son insurrection pour soi-disant protéger sa tribu, les Banyamulenge. De la défense d’une cause tribale, il en est arrivé à embraser la province du Nord-Kivu. Pour terminer, à Nairobi, il a exigé de faire tabula rasa de toutes les institutions de la République démocratiques issues des urnes. Nkunda, un insatiable, pour quelles causes ?

Versatile. L’adjectif n’est pas fort pour qualifier le comportement de Laurent Nkunda, leader rebelle du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

Abandonnant toutes les revendications antérieures qui ont justifié sa dissidence, la guerre qu’il mène contre les Forces armées de la République, des centaines de milliers de Congolais en errance dans le Nord-Kivu, sans compter des milliers de morts, le voici, à l’ultime étape des négociations de Nairobi, déplaçant le sujet de discussion pour une énième revendication.

En effet, au deuxième round des négociations, qu’il avait pourtant exigées avec le gouvernement de la République, Nkunda surprend même ses soutiens extérieurs.

A la séance de jeudi, il n’a exigé ni plus ni moins que la présence à la table de négociations, en qualité de co-facilitateurs ou observateurs Léon Kengo et Vital Kamerhe, les présidents de deux chambres du Parlement ainsi que les délégués de l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) et de l’Opposition.

A travers la participation des deux chambres aux pourparlers de Nairobi, le CNDP espère légitimer l’éventuel accord qu’il devra signer avec le gouvernement. Il estime que cet accord impliquerait le vote de certaines lois. D’où nécessité de voir le Parlement s’imprégner, au préalable, de l’esprit et de la lettre dudit accord.

Cette vision n’a pas été partagée par la délégation de Kinshasa. «Le gouvernement est le seul à engager le pays face à ceux qui ont pris les armes», a-t-elle rétorqué. De même, la facilitation, présidée par Benjamin Mpaka, ancien président tanzanien et émissaire de l’Union africaine dans la crise du Nord-Kivu, aurait été irritée par l’insistance du CNDP. C’est pour cela qu’elle avait suspendu les discussions de jeudi, les renvoyant à hier vendredi.

Un combat sans visibilité

La versatilité du CNDP devient précocement légendaire. Le mouvement rebelle avait prétendu dès le début défendre les Tutsis Banyamulenge, qui auraient été, selon lui, marginalisés par le pouvoir. Sa deuxième exigence, par la suite, consistait à négocier avec Kinshasa pour parvenir à mettre un terme aux affrontements militaires qui ont causé 250 000 sans-abri au Nord-Kivu et près de deux millions de déplacés.

Maintenant que, grâce aux efforts diplomatiques déployés tant par l’Union africaine que par l’Union européenne et l’Onu, Kinshasa a accédé à la revendication du rebelle - négociation directe - Nkunda a exigé de négocier à Nairobi «la crise globale du pays», allant jusqu’à proposer la chute des animateurs et des institutions démocratiquement mis en place.

Or, le mandat de la facilitation ne concerne que la situation du Nord-Kivu. Ainsi, Nkunda n’ayant pas réussi à imposer sa volonté à la communauté internationale, revient aux prescrits du mandat d’Olusegun Obasandjo. Par réalisme tardif, sa délégation accepte de poursuivre les négociations selon le mandat qui a été confié à la facilitation, à savoir : la solution de la crise sécuritaire et humanitaire dans le Kivu.

Selon des chancelleries, le leader du CNDP exagère et exaspère. Il mène un combat sans plus de visibilité. Ses incessantes revendications, vite oubliées pour être remplacées par de nouvelles, sont assimilables à de la distraction. Le temps mort qu’il veut se donner, par des volte-face spectaculaires, est un leurre imaginé pour servir longtemps encore les trafiquants du coltan de sa zone d’influence. Il s’emploie à tirer les choses en longueur dans le dessein d’imposer la balkanisation de la RDC. Les négociations de Nairobi tendent vers un échec.

Dans tous les cas, quelque longue soit la nuit, dit le sage, le soleil finit par poindre. La versatilité de Nkunda laisse tomber ses masques et trahit éloquemment ses intentions.

Par Le Potentiel

Anonymous said...

Dear Don and other FDLR

Many thanks for your commitment. Actually, you are not revealing so much or any big secret information since Intelligence services from all over the world are monitoring everything with all satellites on top of Congo.

Besides, there are many people on soil that are handling that freight in open air.
I am sure the necessary information is already in Nkunda hands.
Who don't know FDLR is in standby for the ultimate rally to Rwanda?

Don't worry about Tutsi interest and survival. They remain one or two steps ahead in Kigali, Kampala, Nairobi and elsewhere. The worse is behind unless it's for the region and even for all Africa.

The problem is that Africa and its country members are not realizing yet what and how things are going to run in the next days on global level.
I already posted the French (actually some EU countries) program of reducing African demography by minimum the half with wars. SIDA and Ebola are to slow when they need more effective but time saving processes. I also heard about some Belgian Professor who worked in RSA on a special disease that could attack only people with black skins. It seems that he failed, but ...

Let's bet that all so said democratic institutions in DRC are soon to be replaced, including probably Kabila, by a true dictatorial power to save time and money. BNP Parisbas and Fortis are experiencing some huge money issues ...

This takeover will probably happen once the Nairobi talks fail or end anyhow. Remember again what happened when coming back from Dar-es-Salam, Habyarimana was shot by French missile specialists wearing Belgian suits.

Remember that the DRC economy is collapsing if not dead. Remember also that time is running out when the Western economies are weakening sharply. More Chinese in Africa could be the solution for EU economy to save production costs on road-rail-ways rehabilitation and on raw materials extraction.

The problem of the Rwandan nation, actually Tutsi, but including Hutu, is that they are living on a very special geological zone. They have to move from there for Michel and other EU war sponsors.
How much are they ready to pay for it?

Bagambiki

Anonymous said...

L'article dans le Potentiel comporte des questions potentiellement, c'est le cas de le dire, pertinents pour ne pas dire embarrassantes pour les deux partis impliqués dans les négociations.

En effet, la variabilité des pourparlers de Nairobi, si variabilité il y a, n'est pas pour arranger les choses sur la table de ces négociations. D'une part cela retarde leur avancement, et d'autre part, elle empêche ipso facto la définition rapide d'un terrain d'entente du genre: le mieux est l'ennemi du bien.
Par contre, il n'est pas interdit de mettre sur table tout ce qui fâche et gênerait les points du jour. Ainsi, il serait vain de se mettre d'accord sur un ou tous les points de départ s'il n'est pas prévu les voies et moyens de leurs mise en œuvre de façon contraignante. Car, il ne suffit de dire que les forces FDLR doivent quitter la RDC si aucune mesure contraignante n'est prévue pour exécuter cette résolution. Ou même par exemple pour le cas présent, d'exiger que la France et la communauté internationale subissent des astreintes monétaires et logistiques pour rapatrier ces réfugiés professionnels au Congo.

Il est entendu qu'on peut mettre cette supposée "versatilité" de Nkunda sur le compte du caractère instable sinon improbable du climat politique congolais dans l'ensemble.

Tout comme on peut les déduire d'une manœuvre du CNDP pour sonder la solidité du camp adverse. C'est de bonne guerre. Mais cela ne devrait pas faire l'objet de déclaration de l'autre parti.

Il se pourrait aussi que la progression des discussions amène d'autres problèmes ou soulève des questions liées au "menu" ordinaire qu'Obasanjo propose.

Inviter Kengo et Kamerhe n'est pas aussi saugrenu que le Potentiel le pense. J'inviterais même d'autres représentants des corps constitués qui seront, après tout, les bénéficiaires de ces démarches hautement vitales pour le pays.
Mais de grâce, pas des Monsengwo ou d'autres du genre pour vicier les débats et qui ne sont pas censés faire de la politique.

Il est temps que la nation congolaise entière sorte de sa léthargie et se prenne en charge en prenant en main sa destinée au lieu de s'en prendre à ses voisins directs, comme le Rwanda actuel. Lequel est devenu le bouc émissaire car facile et désigné par la communauté internationale et surtout la Belgo-France, pour expliquer ses désastres qui ont pourtant commencé même avant l'indépendance.
A la limite, cette rencontre de Nairobi pouvait se faire sans Obasanjo si les représentants de Kabila pouvaient se passer des étrangers.

Bref, il ne sert à rien de courir, mais de travailler à bon escient.

Bagambiki

Antoinette said...

On clame haut et fort que les institutions légitimement sorties des élections (achetées par Tonton Loulou via le caissier Malu Malu dont l'embopoint certifie l'usage de la caisse), ne peuvent pas être remises en question. Mais quand l'adversaire les réclament à la table des négociations, tout le monde semble douter soudain si ces institutions y ont une place ou pas. Si les institutions de la république bananière de Tonton Loulou et son "neveu" ne peuvent pas négocier pour la république, qui peut le faire? Des étrangers à intérêts maffieux, imposés par l'ONU, qui au fond ne croit pas elle-même dans ces fameuses institutions. C'est pour cela qu'elle fait tout pour créer les conditions justifiant une tutelle qu'elle meurt d'envie d'assumer sur la RDC. Ici réside la raison pour laquelle, l'ONU a du mal à souffir le CNDP qui seul s'oppose à cette possibilité de tutelle and much more. Watch out for the next move from the vultures!

Anonymous said...

Le comble de Malu Malu est son double narcissisme: de lui-même et de son œuvre magistrale par des élections à l'emporte-pièce, sous la houlette de son Tonton Michou ou Loulou.

Pour ce qui est de ses institutions sorties des urnes, elles n'ont presque pas d'effets sur le corps politique, social et encore moins économique du pays du grand fleuve.

Un simple examen "médical" de l'état congolais de (ki) Malu Malu (car le jeune Kabila, sans forte personnalité, n'en est que le figurant), va conclure, après diagnostic, à un constat sévère d'un corps excessivement atrophié et parasité à l'extrême.

L'atrophie la plus manifeste est celle de son organe de défense qui est fortement hypertrophié suite à son système immunitaire fort déficitaire comme son économie notamment.
L'armée est partout et inhibe toute autre activité si elle ne détruit pas tout sur son passage comme dans le Kivu martyr. Quant à la cause, elle date de l'indépendance suite à un traitement de choc très violent lui fait par la Belgique et les églises chrétiennes malgré les soubresauts des révoltes et des rebellions vues comme communistes ou terroristes.
Le Congo en a souffert énormément de 1959 à ce jour. Le Rwanda et le Burundi n'y ont pas échappé non plus.

En réaction, les autres organes de l'état se sont atrophiés par leur réduction suivant une logique distributive. Comme Mobutu était militaire, il réduisait l'état congolais à une œuvre militaire.
Kabila et mentors ne pensent pas autrement et l'administration ou justice n'ont aucune place
.
C'est que l'état congolais est envahi par des parasites et des corps étrangers. Le pire est à l'est dans le Kivu. C'est simple, il y a partout toutes sortes d'organismes surtout de type ONG et la présence de corps étrangers provenant de toutes parts: de voisins comme les FDLR mais surtout d'Europe. Kouchner (avec ses MSF) et L.Michel ne peuvent le démentir.
Le comble, il était même question dernièrement d'y ajouter les parasites super mutants de militaires européens.
Il est manifeste que dès que le Rwanda s'était débarrassé en 1994 de la terrible "tumeur virale" et mortelle du Hutu-Power créée par les Belgo-franco-européens (EU a financé entre autres le recensement de 1990-1 pour mieux cibler les Tutsi), l'opération Turquoise (un autre corps de type parasitose) s'est empressée d'introduire cette tumeur au Zaire avec tous les soins et le faste nécessaires.
Il est fort probable que même le choléra fut inoculé aux pauvres réfugiés pour le côté dramatique du "success story". Le désastre et les malheurs du Rwanda se sont prolongés au Congo par les vecteurs des ONG et par la puissance militaire française. Les Hutu rwandais étaient pris dans un piège diabolique et mortel dans le plus grand kidnapping de tous les temps. Le Guiness Book semble l'avoir oublié ou omis intentionnellement.

Rappelons que dernièrement, on a assisté à une réédition de ce scoop de choléra qui fut arrêté à temps car non applicable: Nkunda avait stoppé son avancée vers Goma.

Toute l'énergie, l'intelligence et les sentiments des congolais sont occupés, distraits et perturbés par tous ces éléments déstabilisant. Rien, sinon très peu, ne reste pour s'occuper d'autres activités vitales pour le pays.
Rappelons que ce constat reste valable aussi pour une grande partie de l'Afrique.

Tous les organes de l'état et leurs outils de travail sont là en toute apparence, dirait-on, mais n'ont presque pas de prise sur la réalité du terrain et sur la vie des congolais.
Manifestement, il leur manque les voies et moyens de leurs prétentions et aucun contrôle n'est possible sur leurs réalisations, s'il en fut.

La présence de ces parasites et corps étrangers les désactivent ou les dévient de leur fonctions. C'est clair pourtant.
On ne pourrait même croire que tout ce jeu n'est pas programmé ou bien orchestré!!!!

Si nous examinons les services de la fonction publique, qui devrait être le "backbone" des autres services de l'état, on perd pratiquement sa trace dès que l'on sort de son ministère. Il n'est qu'un système macrocéphale aux bras et aux jambes atrophiés.
Les Congolais restent des locataires de leur pays!!!
Mais jusqu'à quand? Après Nairobi? Non!! A moins d'un changement mental profond.

Bagambiki

Big Don said...

RDC : Nkundabatware cherche des faux-fuyants

Par KongoTimes!
(Mon, 22 Dec 2008 13:56:00)

De l’avis des observateurs, isolé sur le plan international, le chef rebelle tenterait de gagner du temps. Des nouvelles en provenance de la capitale kenyane font état du refus de Laurent Nkunda de s’engager de nouveau à respecter un cessez-le-feu unilatéral décrété le 06 décembre 2008. Du coup, seule la délégation de Kinshasa a signé, samedi soir, l’acte prolongeant la cessation des hostilités et ce, conformément au document de cessation des hostilités présenté par les médiateurs lors d’une réunion à Nairobi parrainée par les Nations unies.

Les médiateurs, sans baisser les bras, s’efforcent d’obtenir à Nairobi un accord pour mettre fin à quatre ans de conflit dans l’Est de l’ex-Zaïre. Comme prétexte pour justifier son refus, le CNDP affirmait que certaines de leurs positions auraient été attaquées par les Forces armées de la RDC. Des allégations jugées sans fondement, à en croire la MONUC ainsi que d’autres sources.

ESSEULE, NKUNDA CHERCHE DE FAUX-FUYANTS

De l’avis de nombre d’observateurs, les raisons avancées par Laurent Nkunda ne tiendraient pas la route. On ne doit pas, non plus exiger, comme prétexte, que les présidents de deux chambres du Parlement congolais prennent part aux assises de Naïrobi. Etant donné que ces deux personnalités font partie du pouvoir en RDC où, comme partout ailleurs, c’est le Gouvernement qui gère la République au quotidien.

S’il s’avère nécessaire que le Parlement légifère, il sera mis à contribution en temps opportun. D’ailleurs, toutes les institutions de la RDC étaient représentées à la Conférence de Goma. Et le Parlement a eu à examiner la loi sur l’amnistie.

En fait, la vérité est plutôt ailleurs. Affaibli et isolé, Laurent Nkunda chercherait des faux-fuyants pour tenter de gagner du temps. Car, avec la dynamique de la normalisation des rapports entre Kinshasa et Kigali, la marge de manoeuvre du CNDP de Laurent Nkunda s’est considérablement réduite.

Lorsqu’on y ajoute le rapport accablant de l’ONU qui condamne le Rwanda pour son soutien au CNDP, on comprend que le régime de Paul Kagame n’a pas aussi les mains libres qu’avant pour poursuivre son entreprise. Du coup, Nkunda qui bénéficiait de toutes sortes d’assistance se voit esseulé sur le plan régional. Les raisons avancées à Naïrobi ne sont donc pas réelles.

BIG DON