Tuesday, 24 March 2009

LES SIGNES D'UN DECLIN

Selon le Potentiel, “le processus de Nairobi III a pris fin. Il a été sanctionné par la signature d’un compromis de paix : « Accord de Ihussi », du nom de l’hôtel à Goma où s’est déroulée cette cérémonie importante. Un autre pas positif vers la paix vient d’être franchi, consacrant officiellement la fin de la « guerre du Nord-Kivu ». Mais signer un accord est une chose. Préserver les acquis de cet accord en est une autre. Quels sont les problèmes de fond qui ont été résolus ? Comment a été envisagée la cohabitation pacifique entre les différentes ethnies, sans susciter l’intervention des pays voisins, pour ne plus ressusciter les mêmes causes qui produisent les mêmes effets ? Interrogations pertinentes dans la mesure où dans la foulée des pistes de solutions, l’on propose le découpage territorial du Nord-Kivu”. Le quotidien de Jaynet Kabila exulte, mais pas absolument car il avertit qu’il y a un piège.

De quel piège s’agit-il? Le Potentiel contourne la réalité. On le lit bien depuis la première phrase. Ce qui a été signé n’est qu’un compromis, et c’est tout ce que vous voudrez sauf un Nairobi III. J’espère m’expliquer dans un instant. Il est fort probable que Kabila soit conscient du fiasco que suppose le fait de clamer la signature d’un Nairobi III dans un hôtel au bord du lac Kivu. Les interlocuteurs au compromis signé, le contenu de ce qui a été signé, le cadre absolument opaque dans lequel ce compromis a été décidé, tout est parfaitement louche. On dit même que la personnalité clef de l’affaire, le Général Bosco Ntaganda serait en cavale. Il a peut-être compris que les belles dames de Human Rights Watch sont sur le point de préparer une offensive. Si Kabila suspecte que le compromis est un faux parce qu’il traite avec un interlocuteur dépourvu de crédibilité, qu’est ce qui lui reste comme moyen ? On ne sait plus. Il peut toujours presser ceux qui ont reçu de l’argent, mais la réalité est toute autre, la mascarade de Goma que l’on veut faire passer pour un Nairobi III avec présence d’Obasanjo n’y peut rien. Un des signes d’un possible déclin. En fait l’équipe gouvernementale doit être désemparée d’une certaine manière.

C’est pour cette raison qu’elle se serait empressée de publier la nouvelle du compromis, en espérant en même temps étouffer les bruits qui couraient sur le mécontentement des habitants de Mwenga qui auraient jeté des pierres sur le convoi du rais. L’argent qui a été distribué dans Bukavu n’aurait pas suffit pour apaiser la population. C’est normal, puisqu’il semble que même des gens haut placés dans la hiérarchie du diocèse de Bukavu en auraient reçu pour le compte des FDLR. Le rais ne peut pas se défaire de son armée supplétive, en tout cas pas encore. Encore un signe ici ? Oui surtout si on le met en relation avec l’atmosphère explosif au parlement dans la capitale. Sans oublier les liens étroits qui existent entre le président du parlement, la haute hiérarchie diocésaine de Bukavu, le gouvernorat du Sud-Kivu et les FDLR. Avec tout cela is,n plus l’on mécontente les électeurs normaux et courants et que l’on fomente une implosion au sein des institutions que l’on préside, c’est inévitable de lire dans tout cela des augures pas positifs.

Quoi faire alors ? D’ores et déjà, je dirais : retour au processus politique engagé avec Nairobi I et II. Tout simplement parce qu’il faut répéter pour la cent dixième fois que le problème de la paix au Kivu est un problème politique interne d’abord, et un problème de voisinage ensuite. Un problème politique que l’on avait fini par commencer à traiter politiquement à Nairobi. Ce qui avait coûté énormément d’effort et de lutte, le rais n’ayant jamais voulu faire face au défi politique qui attend depuis si longtemps. Ceci avait été compris même par la communauté des vautours qui avait fini par écarter l’idée du gouvernement congolais de faire de cette assise le lieu et place de la résurrection du défunt programme amani. Mais il ne peut y avoir de Nairobi III sans la libération de Laurent Nkunda. Et qui aura le courage d’enterrer toute la mascarade qui dure depuis deux mois à Goma ? Tout ce beau monde qui se dit intéressé à la vraie paix. Ils sont tous conscients qu’elle n’est pas encore là, et s’ils l’oubliaient les FDLR se chargent de le leur rappeler tous les jours. La population l'a compris, le jet des pierres de Mwenga en dit long. Et les vautours aussi d’ailleurs. Ce n’est pas par hasard qu’Anneke Van Woudenberg commence à dire à la presse que la réélection de Kabila en 2011 est improbable. Elle cherche Ntaganda, mais comme par hasard, elle insinue assez clairement qu’il y a des signes qui annoncent le déclin du régime actuel. Les medias rappellent que l'amnistie promise dans le compromis n'exempte pas Ntaganda des poursuites internationales. Voici ce qu'en dit La Libre: "L’accord entre le gouvernement et le CNDP indique ainsi comment ce dernier peut se transformer en parti politique, et les conditions de l’amnistie ("conformément au droit international", ce qui continue d’en exclure les auteurs de crimes de guerre, de génocide et contre l’humanité). Un article évoque le besoin de réconciliation - ce qui est entendu à Goma comme devant ouvrir des postes ministériels au CNDP. Un autre prévoit la création d’une police de proximité; celle-ci devrait comporter d’anciens rebelles, toujours préoccupés par la sécurité des Tutsis du Nord-Kivu, alors que les FDLR (rebelles hutus rwandais, issus des génocidaires) font un retour dans la région après le départ des troupes de Kigali venues, du 20 janvier au 27 février, les forcer à désarmer et les rapatrier". Donc, un Nairobi III avec le vrai CNDP avec son leader libéré peut se révéler tout à fait incontournable. Et pour bien de motifs. Nous y reviendrons.

En attendant, essayez de trouver dans ce charivari phraseologique le point de la saga Kamerhe: http://www.lesoftonline.net/phil.php?id=1289

2 comments:

Anonymous said...

charivari phraséologique de Kin Key, On ne peut mieux qualifier cette prose fatigante!
Tu nous a manqué Anto! Bon retour, personne d'autre, même pour te relayer le temps d'une pause... Un étudiant en sc po, nkundiste, m'a demandé si tu ne faisais que ça! Je l'ai rassuré que tu étais une universitaire (chercheuse et/ou prof..)

Antoinette said...

J'ai beaucoup de travail. Je pense que je vais devoir suspendre le blog pour tout le mois d'avril... Mais svp, appelez-moi Antoinette, if you please, pas Anto! Et merci de lire mon blog!