Friday, 3 April 2009

LES FAIBLESSES DU BLITZ DIPLOMATIQUE

Il s'agit du blitz diplomatique entre la RDC et le Rwanda, un blitz qui s'est voulu balayant depuis les fameux accords secrets de décembre 2008. ce blitz a pu balayer quelques feuilles mortes, mais pas les solides branches, ni les jeunes pins qui poussent fermement dans le paysage politique de l'Est de la RDC. Une des faiblesses de ce blitz qui posait les jalons d'une victoire pour chacun des deux pays est qu'il n'y a eu qu'un seul vainqueur, Joseph Kabila. Et fidèle à lui-même, il vient de de le prouver. Le blocage de la loi sur l'amnistie en est une évidence. Pas difficile de savoir le sentiment que le vote au sénat hier a provoqué chez les alliés de circonstances. Peut-être les stratèges rwandais avaient tout prévu, mais j'en doute. En tout cas la dissidence du CNDP n'a pas l'air d'avoir inclu cette possibilité dans ses calculs. Nous l'avons dit ici, ils ont tout engagé avant de négocier tout en sachant que le gouvernement rdcongolais ne respecte jamais ses promesses. Enfin, ne soyons pas négatifs, attendons voir, en tout cas l'intensité, la vitesse, et l'efficacité du blitz subit bien d'épreuves.

L'hypocrisie indécrottable de l'ONU ne réussit pas à cacher une autre faiblesse du blitz. Elle reconnait que les FDLR sont toujours fortes et continuent leur sale besogne. Mais comment est-ce que Ban Ki Moon peut louer des opérations militaro-diplomatiques qui, loin de ramener la paix, l'ont retardée? N'est-ce pas qu'il a permis à Alan Doss et Obasanjo de prêter le formalisme de l'ONU aux accords entre R. Tshibanda et D. Kamanzi? Pourtant ces deux officiels de l'ONU comme le ministre congolais sont bien conscients qu'ils traitaient avec un interlocuteur dont la crédibilité est plus que douteuse!
Tout homme malade a besoin d'assistance. Dans ces conditions, ce qui importe c'est soutenir la vie.

2 comments:

Anonymous said...

Chère Antoinette, il y a une "bestiole" qui est entrain de te jouer de sales blagues. Il est soit sur ton PC soit sur le site consulté???
Le lien vers lepharedc est devenu en fait lephare tout court. Donc, probablement une certaine ré-interprétation du texte fort courante dans le phishing et autres vols d'identité, de session et j'en passe ...
là, Google reste impuissant pour ses bloggers.

Avec Internet Explorer ou Firefox et en mettant la souris sur ce lien mais sans cliquer, on peut voir/lire au bas de la page web que l'URL vrai est en fait autre chose. Chose qu'il faut faire sur des sites peu sûrs.

Pour le reste, il ne faut pas rêver avec ces simagrées d'amnistie donnée par un système qui ne fait que de la figuration et joue un jeu macabre sans plus dans le décor lugubre des deux Kivu-Maniema. Les Kengo et autres Lunda Bululu n'ont aucune idée de ce qui se passe réellement sur le terrain et place au Kivu. Ils vivent l'irréel des "places feutrées" des deux chambres où ils exercent un semblant de pouvoir sensé venir de ce peuple qu'ils méprisent.

Idem avec le "brave" Ban plongé dans l'humanitaire avec ses subalternes dont notamment la brave "sexualiste" Nicola Dahrendorf qui ne sait quoi dire sinon des redites pour justifier sa place. Les deux n'ont aucune explication valable pour leurs échecs qu"ils ne reconnaissent même pas!!!

Bref, le Congo et son régime politique sont parfaitement en diapason avec leur catastrophe sans s'en rendre compte probablement. Même Mbuza Mabe ignore qu'il a lui-même creusé sa déchéance avant sa tombe par le désordre qu'il a généré au Kivu et au Congo par extension. Il fait penser à ce chien que l'on abandonne par manque de place ou de nourriture.

Dans ce processus diabolique qui s'auto alimente, c'est à se demander qui a commencé le premier pour générer l'autre tellement l'histoire est fort ancienne, près de 60 ans de misères et d'indigence si on se limite à la pré indépendance. Sinon, elle daterait du temps où Léopold II qui s'est "épris" de cette région baptisée Congo par Morton Stanley. Amour fatidique de l'un ... et piège fatal pour l'habitant de ce pays réputé riche. Mais riche de quoi?

Tout de même, force nous est de reconnaître que le riche Belge et son roi sont responsables de l'amorce de ce cycle infernal lors de la remise fallacieuse de l'indépendance. Jusqu'à ce jour, ils ne veulent pas partager le Congo avec qui que ce soit. Même le Congolais n'en est que le locataire non reconnu. La dépendance excessive et verrouillée du Congo à la Belgique en fait un pays mutilé et sans avenir hors des milieux politico-financiers belges et de l'EU de facto.

Le Congo est doté d'un système politique "reconnu" démocratiquement élu mais qui ne peut fonctionner pour des raisons inattendues et incompréhensibles. D'un côté, c'est la guerre, de cent ans dirait-on, qui sévit aux fins fonds du pays, au Kivu. De l'autre, c'est un "énergumène" (Kamerhe ou tout autre) qui se permet de "toiser" le Patron président pour une idée fixe et qui met le système démocrasse (pardon crate) en émoi et sens dessus-dessous. Un jeu quoi!
Et personne ne se rend pas compte que tous ce gens ne font que de la figuration et vivant d'expédients, sans plus. Sauf les religions, il n'y a rien qui fonctionne ou qui est bien géré au Congo. Les deux processus s'auto-alimentent aussi de façon dynamique. Moins de chose publique implique plus de chose religieuse et vice-versa!!

Le pire est que ces honorables, avec leurs mentors de la communauté internationale, avancent des excuses pour justifier leurs défaillances et leurs égarements de gestion tant politique (idéologique) que, disons, opérationnelle. C'est la guerre des pays voisins ou de Nkunda qui les disculpent de leur manque de résultats et pas de leurs carences patentes.

En résumé, ils avancent dans un brouillard artificiel mais savant en justifiant leur incurie par une situation qu'ils ont eux-mêmes créée tout en la renforçant par leur persistance dans leurs erreurs.

Bagambiki

Antoinette said...

Merci, mais je ne m'inquiète pas pour les limites technologiques du blogger de google. Moi-même suis très peu branchée sur la technology saviness, pas beaucoup de temps... Les choses iront mieux quand je commencerai un vrai site,quoi que ceci risque d'attendre... très occupée par mes nombreuses obligations. So you bear with me over technological shortcomings...