Friday, 25 January 2013

Thursday, 24 January 2013

KABILA NE FERA PAS DE CADEAU AU M23

Je devrais dire Kabila et ses parrains. Car nous savons à quel point ils sont tordus; à quel point ils ont abusé de la bonne volonté du CNDP et nous voyons déjà entre les lignes comment ils traitent le M23, comme si c'était une bande de naifs. Une erreur dangereuse. La populace congolaise s'affolle quand quelque met en question les soi-disantes institutions du pays. Voyons d'abord les raisons qui poussent Kabila et ses alliés à considérer l'équipe du M23 comme un simple amateur: c'est généralement la narrative tronquée des média qui disent que le mouvement ou bien change ses révendications ou les augmente, selon qui sait quoi. J'ai personnellement pensé, à un moment donné, non pas qu'ils changent les revendications, mais que leur discours peut paraitre parfois hésitant. C'est urgent pour le mouvement de consolider son discours et projeter le message, le délivrer sans ambage, en phrases courtes, complètes, concises et concrètes. Puisque que je craignais une certaine phraséologie, j'ai posté ici un article de Laurent Nkunda qui résumait les questions politiques dont les réponses non moins politiques sont sensées ramener la paix au pays, et même poser les fondations d'un développement économique inclusif. Le peuple est fatigué de voir les resources du pays finir toujours entre les mains des prédateurs étrangers et le petit nombre très semblable au colon. En son temps j'ai aussi eu à lire le Cahier des Charges du CNDP dont le contenu aurait intéressé tout congolais de l'Est, de l'Ouest, du Nord, du Sud ou du Centre.

Au point où nous en sommes, la délégation du M23, sachant très bien que ni Kabila, ni Kiyonga sont là pour leur offrir des cadeaux, ils devraient tout au moins profiter de ces assises pour consolider leur position d'une manière aussi disciplinée et même plus disciplinée que l'aile militaire. C'EST IMPERATIF pour le M23 de se fixer cet objectif et l'atteindre pour que Kampala ait servi à quoi que ce soit. L'avantage de consolider un discours clair en contenu, en méthode et en stratégie politico-diplomatique est que c'est la seule manière de fédérer le reste du pays à la cause. Il y a des milliers des congolais qui, sans oser le dire pour des questions de correction politique, ont leurs yeux tournés vers Kampala avec espoir. Il y en a d'autres qui osent le dire même si ce n'est que timidement, mais c'est sans ambiguité: http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7781. Si nous savions déjà que pour Kinshasa et la communauté internationale Kampala ne signifiait rien du tout, le M23 peut bel et bien inverser la situation à l'avantage du peuple. Mais pour cela il faut du courage, de la force, de la discipline et une vision de future claire. You need to have the guts for it. Par ailleurs, j'espère que les soupçons de Jeune Afrique soient infondées quoi qu'ils ne seraient pas surprenant: http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130123164348/rebellion-rdc-nord-kivu-kivurdc-le-m23-en-veut-il-au-facilitateur-ougandais.html


Friday, 18 January 2013

EN DEFENSE DES INTERETS ZIMBABWEENS, SUD-AFRICAINS, ANGOLAIS ET CONSORT

Nous y voilà: je parlais de théâtre à Kampala car notre très belliqueux président n'a jamais voulu de discussion sur l'état du pays. Il a toujours préféré défendre mordicus les intérêts de ses parrains. Raison pour laquelle il se fiche allègrement des efforts de la CIRGL. N'est-ce pas cette même CIRGL qui a été coupée court uncérémonieusement à Nairobi en 2009? Comment compte-t-il la mettre hors jeu? Voilà: http://www.digitalcongo.net/article/89172. Au moins Etumba reconnait que les FARDC "sont encore sous le coup de l’humiliation qui leur avait été infligée le 20 novembre dernier, lorsque le M23, appuyé par l’armée rwandaise, s’était emparé de Goma, la capitale du Nord Kivu." Dans l'imaginaire du général et des congolais, les FARDC ont échoué pas parce qu'ils combattaient leurs anciens collègues désormais membres du M23, mais l'armée rwandaise. Slogan que les sbires des vautours ont soigneusement confectionné pour masquer leurs mains sales impliquées dans la destruction du pays. Je suis très curieuse de savoir qui va investir dans la tache monumentale de mobiliser les forces de la SADC et qui financiera l'effort de guerre que Kabila demande. Ou peut-être il s'apprête à demander le renfort des français qui continuent leur sale besogne comme l'opération turquoise, freedom falcon en Libye, unicorne en Cote d'Ivoire, etc...

Dans une telle eventualité, on comprend le durcissement de Raymond Tshibanda à Kampala. En fait, s'il obéit à son chef, il n'a d'autre altérnative que se durcir. Mais il doit aussi faire face aux conséquence d'un tel choix, à savoir le même sort que les FARDC à Goma. Un jour les kléptocrates et kléptomanes de la RDC devront se rendre compte du fait que tot ou tard, il faudra un vrai dialogue. Accuser le M23 de vouloir transformer Kampala en nouvelle Conférence nationale c'est tout simplement bête car la CNS de triste mémoire n'a accouché que d'avortons, excusez le terme. Personne ne peut souhaiter à la RDC une CNS car ce dont elle a besoin c'est d'une sanatio in radice. Cauteriser complètement une gangrène demande des remèdes proportionnels. Si Kampala n'est pas l'assise adéquate pour discuter les problèmes de fond, alors décidez, messieurs où le faire, mais faites-le, il est plus que temps. Si Kampala n'est que passe-temps pour que Kabila mobilise les soldats de la SADC, le message au M23 c'est préparez-vous pour une longue guerre, juste pour les diamants de nos vautours???

Kabila, ses diplomates et son communicateur embarrassant misent sur deux choses qu'ils espèrent être réelles mais dont on peut sincèrement douter:

1) La volonté de SADC de fournir les troupes et les moyens logistiques et financiers pour soutenir une guerre dans le massif montagneux de l'Est. Il faut douter de ceci car ceux qui se font du fric en RDC généralement ne veulent dépenser en hommes et en argent comme le fait l'ONU. La Monusco qui est un conglomérat des Far-niente est coûteuse mais son implication dans une guerre à l'échelle des opérations que Kabila demande ne fait pas partie de son mandat, entre autre parce que ce serait encore plus couteux...

2) Kinshasa compte sur deux autres mythes qu'il espère aussi graves que les portrayent les créateurs de narratives conflictives en RDC, à savoir les divisions au sein de M23 dont les journaux kinois se régalent et les sempiternelles accusations du Rwanda. A force de crier au loup... Les divisions su sein du M23, si divisions il y a, sont superbement stupides car il ne s'agit pas de vrais rapports de force. Il s'agit de l'éternelle attraction de gain personnel au point d'exposer une cause nationale à des ambitions si pas mesquines, du moins rachitiques. Si vraiment le M23 se laisse entrainer dans ce cul-de-sac, il n'ira pas loin. J'ose croire qu'ils ne sont pas bêtes. They must stay focused and not miss out a golden opportunity.

Thursday, 17 January 2013

LES GRANDS MOTS DE LAMBERT MENDE

Selon la très partiale et vaulturesque radio Okapi, Lambert Mende s'est opposé à la participation aux assises de Kampala par l'opposition parlementaire en alleguant que ces assises ne sont pas à confondre avec les efforts de Kabila d'initier et consolider la cohésion nationale. Allez y comprendre quelque chose! Le point de vue de Mende étant que le M23 n'est pas un interlocuteur valable. Voici ce qu'il en disait ce lundi dernier: «Nous avons, à Kampala, une rencontre qui implique les institutions de la République avec une association criminelle dénommée le M23. Et de l’autre part, le président de la République a décidé d’initier des échanges pour conforter la cohésion nationale face aux groupes criminels qui soutiennent l’agression à l’intérieur du pays. Les revendications de l’opposition, qui reprennent mot pout mot les propositions de l’association M23, visent plutôt à banaliser et normaliser un crime contre notre peuple et l’associer au déroulement du fonctionnement des institutions de notre pays. Nous trouvons cela totalement inacceptable». 

Pendant que le communicateur de Kabila tente de fourvoyer l'opinion congolaise, le chef de la diplomatie lui, après une escapade à Bangui pour aider le voisin à combattre le feu qui menace sa maison, est rentré à Kampala donner son accord pour l'agenda des négociations. Ces messieurs ne font-ils pas partie d'un seul et même gouvernement? Il ressort de Kampala que l'agenda inclurait une révision des accords du 23 mars 2009, les questions sociales, économiques et politiques; la loi portant sur la nationalité pour une application sur terrain visant à combattre toute discrimination; un autre versant des négociations traitera de la marginalisation et de l'inéquilibre de developpement en RDC, ainsi que la question des prisonniers politiques et les élections de Novembre 2011. S'il en est ainsi, on se demande bien pourquoi Lambert Mende continuerait à utiliser ses grands mots vides tel que qualifier le M23 comme une association criminelle. C'est seulement en RDC où un ministre s'autorise une telle pétulance!

Wednesday, 16 January 2013

MANOEUVRES DILATTOIRES

Ou la logique de Sun City: temporiser, user la patience des forces en places et espèrer qu'elles vont se desintégrer et disparaitre magiquement. Même chose avec la conférence de Goma après la débandade de Mushaki. Scenario repété au moment de la mascarade des opérations "amani leo" avec l'arrestation de Nkunda. Kinshasa temporise, et à chaque fois obtient des déclarations tonitruantes de la dite communauté internationale contre ses adversaires. Les ONG et nos experts particuliers lui servent de porte-voix pour considérer ses adversaires comme juste une force négative. Les opportunistes du moment se saisissent généralement de l'occasion pour tenter leur chance en carrière politique. Vous souvenez-vous d'un Munyampenda, Gafisi, Ntaganda en 2009? Du temps du RCD Goma, la liste était même plus longue. Je ne sais pas qui est à Kampala maintenant sauf Runiga en lieu et place de Gafisi? Pas la moindre idée, saurais pas vraiment l'affirmer.

De tout cela il faut déduire au moins deux conclusions:

1) Que les opportunistes passent mais la cause reste. Ils pourraient, s'ils le voulaient, épouser la cause citoyenne pour laquelle les soldats se battent et penser au pays. Auquel cas ils sauraient que Kampala est une mascarade. S'ils ne sont pas per-diemistes, ils devront bel et bien negocier une sortie honorable de la mascarade.

2) Joseph Kabila ne sait pas ce que c'est qu'une négociation. Il ne comprend pas ce langage. Ou pour lui accorder le bénéfice du doute, il faut dire que ceux pour qui il travaille ne sont ni interessés ni ne comprennent ce qu'est une négociation. Comme nous ne savons pas exactement qui ils sont, nous ne pouvont que parler de lui. Et dans ce cas il faut se rappeler que Kabila ne connait qu'un seul langage, celui de la force. Est-ce lui ou ses parrains, ou tous les trois confondus? Mystère. Simplement pour quelqu'un qui aime tant faire parler les armes, l'épisode de la prise de Goma devrait lui avoir appris une chose ou deux: les opportunistes passent et une cause citoyenne demeure aussi longtemps qu'il y a ne fut-ce qu'une seule personne disposée à se battre pour elle. Et ça c'est toujours plus fort que toutes les conspirations et toutes les tyrannies.

Combien de temps durera la mascarade de Kampala? Le temps pour les français d'obtenir la bénédiction de l'ONU pour venir guerroyer en lieu et place de l'armée de notre belliciste chef de l'état absent. Ils ne sont pas loin entre le Mali et la RDC pas grand chose.

You might want to check this out: http://www.afrikarabia.com/
By the way, someone sent me this, I am not the only one talking about predatory narratives: http://www.newtimes.co.rw/news/index.php?i=15239&a=62867

Monday, 14 January 2013

MUTATION REPTILIENNE DE LA MONUC

Babacar Gaye dit que la force neutre de la CIRGL va être assimilée dans la MONUSCO, parlons en. L'annonce est faite au moment où la France entre officiellement en guerre au Mali confirmant, d'après l'association Survie-France, sa fonction de gendarme en Afrique. http://survie.org/francafrique/mali/article/la-france-intervient-au-mali/  Et ne croyez pas qu'il n'y ait pas de lien entre les deux réalités. Ce sont les mêmes tireurs de ficelles. L'intervention française au Mali se fait sur décision de l'ONU comme par hasard. Outre-atlantique, d'aucuns croient que montrer du muscle au Mali serait le chant du cigne de la françafrique, pas sure mais jugez vous-meme: http://www.opednews.com/articles/The-Last-Gasp-Of-Fran-afr-by-Gary-Busch-130115-88.html. L'ONU sert très bien la cause de toutes les dents longues qui la financent. C'est à se demander pourquoi la France n'a pas encore décidé de remplacer la Monusco par ses propres paras. Est-ce à cause de l'opération turquoise de triste mémoire? Si vous surfez le site de Survie, vous y verrez des choses intéressantes confirmant la nouvelle colonisation dont je suis plus que convaincue. Mais pourquoi la Monusco a-t-elle besoin d'une mue reptilienne maintenant et pourquoi cette mue doit être la force neutrale dont on parle depuis Kampala? Il faut se poser toutes ces questions afin de découvrir aussitot que possible le moment où la CIRGL va devenir l'instrument facilitant la mue. Pour une fois qu'un bloc regional semble engagé dans le sens de trouver la paix, la diplomatie française à l'ONU doit nécessairement inventer un moyen de tronquer le processus. Quel mandat aurait une force neutre dissoute dans la Monusco: un mandat de paix, ou un mandat de compliquer la guerre davantage? Décidement tout n'est que question. Si nous tenons compte du fait que les FDLR sont les grands béneficiaires de tous les attermoiments à Kinshasa, des méandres des négociations à Kampala, ainsi que l'appui que la Monusco leur accorde toujours, on comprend qu'au fond c'est toujours la stratégie des vautours qui prend le dessus. Les FDLR n'ont pas que l'appui de la Monusco. Ils ont aussi l'appui de Masunzu dans le Sud-Kivu et généralement de tous les commandants FARDC avec lesquels ils collaborent soit contre la population congolaise, tutsie ou pas, soit dans le plan à long terme d'attaquer le Rwanda.

Si les manigances des vautours torpillent Kampala comme le suggère la possibilité de dissoudre la prétendue force neutre dans la Monusco, nous serons bel et bien devenant l'échec de toute tentative de paix. Et les gains du M23 risquent d'être gaspillés encore une fois. Jusques à quand les tireurs de ficelles se moqueront-ils de la bonne volonté et l'attachement à la paix de ces soldats qui ont combattu avec Nkunda et maintenant combattent avec Makenga. Dès qu'ils admettent une trève pour donner la chance à des négociations, les mains invisibles des vautours préparent une autre manière de faire réculer leur cause. Espérons que ce n'est pas le cas maintenant. Cependant, je n'ai pas de foi particulière en la délégation RDC plus perdiemiste que pacifique. J'espère sincerement que quelqu'un peut arrêter la mue annoncée car le reptile risque demeurer le même.


Friday, 11 January 2013

REINVENTER LA NARRATIVE POUR COLONISER MIEUX

Heureuse année 2013 à tous, surtout à Laurent Nkunda.

J'ai pratiquement perdu le fil des événements depuis la prise et ensuite l'abandon de Goma. Tout s'est passé bien vite. Et le cours actuel des choses suggère la vieille tactique des vautours: donner l'impression d'appuyer des négociations entre le gouvernement et les rebels, pendant qu'au même moment on classifie ces mêmes rebels sous la même catégorie que les criminels à solde de l'homme fort de Kin, les FDLR et autres malfrats etc... Comme si cela ne suffisait pas pour discréditer n'importe quelle prétention de négociations, Kin recourt à la SADC qui partage les intérêts de tous ordres avec lui. Typiquement Kabila de vouloir engager deux blocs régionaux pour compromettre déjà la direction de toutes voies de solutions. Ceux qui connaissent les manoeuvres de grands maçons en Afrique Centrale ont compris immédiatement pourquoi le brazzavillois est entré en scène. Mais vous me direz qu'il ne s'agit là que de farfalues théories de conspirations internationales sans fondement. Soit, n'empêche qu'avec tout cela nous nous trouvions en présence de filets de maille bien empêtrés ou ce que les anglophones peuvent appeler "a spaghetti situation". Enfin on verra bien ce que produira la CIRGL ou la SADC.

Je m'interesse davantage à la constante reinvention de la narrative du conflit dans les Kivus par les vautours, pour qui il ne s'agit pas vraiment des problèmes politiques internes à la RDC, bien que souvent causés par les vautours; pour eux il ne s'agit pas de la dysfonctionalité endémique au régime des deux Kabilas, impossible à dissocier des précédents connus; il ne s'agit pas non plus de la canaille corporatiste qui finance aussi bien l'ONU que les milliers d'ONGs parasites. Pour les vautours il s'agit simplement et toujours d'une seule chose, ou mieux d'un seul groupe ethnique: le tutsi. Voilà ce qu'ils en disent: http://www.npr.org/2013/01/05/168678907/congos-tutsi-minority-enveloped-in-complex-conflict?ft=1&f=1004

Et puisque cette narrative fonctionne bien pour la canaille et leur homme de main à Kinshasa, les tutsis troublent la démocratie kabilienne, c'est à en rire. Une démocratie qui, en 15 ans a détruit plus que le despote Mobutu en 32 ans. Mais ne nous fachons pas, les experts qui inventent la narrative pour les vautours sont non seulement ignorants de la réalité qu'ils prétendent connaitre, mais aussi sont trop inexpérimentés et trop attachés aux salaires exhorbitants qu'ils gagnent pour si peu d'effort, au mépris de la vie des populations entières, au mépris de l'histoire et au mépris de la science. Malheureusement pour la population congolaise, c'est leur expertise que la canaille corporatiste utilise pour décider notre destin sans nous. Raison pour laquelle, en ce moment les français qui ont le monopole des missions de paix de l'ONU parlent de l'usage des drones dans l'Est de la RDC. http://www.washingtonpost.com/world/national-security/un-seeks-drones-for-peacekeeping-missions/2013/01/08/39575660-599e-11e2-88d0-c4cf65c3ad15_story.html

Si la CIRGL s'y oppose, on criera aux tutsis. Même le congolais dont le sort ne saurait être amélioré par l'introduction de cette nouvelle technologie de guerre sera le premier à demander davantage de drones à l'ONU, sans se rendre compte qu'il cède par là toute souveraineté possible, avec ou sans tutsis. N'est-ce pas cela que Kabila fait depuis 2001? Céder la souvaireneté du pays au plus offrant. Et pourquoi les pays de la région ne devraient-ils pas s'opposer à une telle abdication? A qui profite-t-elle? Les raisons cachées derrière la demande des français d'utiliser les drones en RDC devraient être dénoncées par tous (http://www.newtimes.co.rw/news/index.php?i=15234&a=62709) y compris les congolais, mais helas!