Sunday, 30 November 2008


Says Olosegun Obasanjo after this week end's meeting with Laurent Nkunda. The latter clarifies: "We asked for a response as to where, when, and with whom we are going to do these talks. For us, we propose Nairobi and for the mediator we proposed chief Obasanjo." Check it out here, and keep track of the next issue!
More of the same:

Saturday, 29 November 2008


Pas très certain que la danse commence et sur quel rythme, mais on plante le décor comme on peut le voir ici dans cette dép eche de Reuters!


Joseph Kabila’s supporter in and outside the DRC are seriously hoping that the solution to the crisis in Eastern DRC is war. That is why they are all rallying behind an increase in peacekeepers. Since the latter are going to take months to assemble, in Alan Doss own words, the EU is being urged to step in with its more performing weaponry and men. Here is the first misjudged step to be taken, for the following reasons:

1) Why is it going to take months to assemble 3100 peacekeepers? Few governments are willing to provide them. It will take some convincing. The only ones that are usually inclined to provide peacekeepers, at least when they are to operate on the theater of African failed States, are those governments for whom, according to a certain Ian William (who considers himself an expert in those matters) “the UN payments [for peacekeeping missions] are lifelines for their defense budgets than for the suffering victims”. Some of those governments are being shunned by Kinshasa, i.e. India, whose forces have, on the other hand, defended so well the FARDC since their first defeats in 2007.
2) Is the EU going to send troupes? Let’s assume that YES. After all both the increase of troupes for MONUC and the EU bridging troupes’ resolutions are being sponsored by France. This is the current chair State of the EU in need of scoring foreign policy success. The Russia and Georgia issue is proving to be tougher than expected, more in the line of waiting for the next US administration to step in. France badly needs a success in Africa and necessarily via UN. The bridge-troupes will even prove to be trickier. Indeed, France is not the suitable actor in the Great Lakes because of its role in the murky project of a genocide underpinning several boarders.
3) Finally everyone is getting it wrong by capitalizing on a MONUC with a different mandate. It is being often forgotten that MONUC had already a stronger mandate, the first one in the history of the UN, that is, the use of force. In Mr. Alain LeRoy’s (*) words, MONUC is expecting “18 transport helicopters and six attack helicopters from Member States, despite earlier authorization for the craft from the Security Council”. He is already regretting that “the States we have asked say they don’t have any available. It’s very damaging because that diminishes the effectiveness of the force. We sincerely hope that certain countries will supply us with these helicopters”. The meaning of all this is that these allies of the DRC government want to perpetuate the war instead of seeking political solutions. They fear facing the respective responsibilities these solutions will be bringing into light.

However the choice of war, even by so called peacekeepers, is not the only misguided perception so many national and international actors, most of them unaccountable to the people, are driving home. The biggest misjudgment has been the UN and the EU complacency that equated the 2006 vote in the DRC with a peaceful transition to true democracy. I am not the only one who thinks this. One of the so called specialists of Africa, Mr Phil Clark of the Center for Socio-Legal Studies, Oxford University has already said, about the DRC elections, that “ a flawed electoral process that failed to address the issue of minority representation was bound to create more conflicts than it resolved”. Therefore, as long as the UN, EU, DRC government are willing to use guns instead of talking peace, there will be no peace whatsoever. Up to now, surprisingly, it’s the much vilified CNDP that has been unilaterally talking peace and ceasefire, dodging successfully at the same time all bullets and bombs coming its way at the hands of FARDC-FDLR, MAI MAI-PARECO, MONUC-ANGOLAN MERCENARIES, and very soon, European troupes! Instead of maintaining this rhetorical and military support for Kabila, the UN and the EU, for their own credibility should pressure him for political solutions.

(*) Mr. Alain LeRoy is the recently appointed Under-Secretary General for the Peacekeeping Operations at the UN. He replaced another French diplomat at the UN, Mr Jean Marie Guehenno

Friday, 28 November 2008


La vérité n'intimide que les coupables. Mais vous remarquerez un brin d'objectivité dans cet article, pas très souvent de voir cela dans le journal de Jaynet Kabila, tout un luxe!
Et le Phare semble avaler tranquillement les couleuvres de quelques ministres réagissant aux rapport accablant le gouvernement de la par de HRW!
And this is how the "faithful to itself" Reuters describes the panorama as Obasanjo returns to DRC:
Got to run, will keep paging tomorrow!

Thursday, 27 November 2008


And Nkunda's rebels, who have the misfortune of counting among them tutsis, are going to have to face this unprecedented attack just because of the fact that they have and are daring to spearhead the new struggle for freedom. Europe, the UN and the clique of NGOs have something against the tutsis, history will tell why! But it's not only Europe, especially if you take into account that George Soros is among the signatories of the petition I'm talking about. The UN long serving Jan Egeland is said to save signed the NGO leaders petition to the European Union asking to send European troupes to DRC instead of MONUC. He has complained to the BBC that for the Balkans (read for the partionning of the Balkans), Iraq, and the Middle-East "there was no indecisiveness". So he wants the world to treat the DRC the way the Balkans, Iraq and the Middle East were and are treated, as if the International community has brought anything else than fierce divisions which prolong conflict (Egeland likes this because he has build his carrier and fortune on conflicts, he cannot wish them to stop by means of peace, that's why he wants Europe to come and create a regional war). He added that "it is becoming increasingly clear that the EU is best placed -through its standing battle groups- to play this and deploy now". I wonder how Europe is going to resist this pressure. Most probably we are headed towards an Artemis II cum Turquoise Bis operations, all against Nkunda's CNDP. Europe never raised up to defend the tutsis in Rwanda in 1994. Instead all Europe did was to watch French soldiers directly participating in the massacre. Today Europe and the hawkish and hypocritical NGOs are raising up to balkanize the DRC, with the pretext of trashing a rebellion spearheaded by tutsis together with other minorities who want to reclame nothing but freedom! You can see on this link les larmes de crocodiles de Jan Egeland! and


Remarquez sa diligence au service des "Institutions légitimes" de la RDC dans sa manière de formuler les questions à André Flahaut!
Entre temps, l'ONU veut obliger la Belgique à envoyer des troupes pour renforcer la MONUC pendant qu'on cherche des pays désireux de fournir des Casques bleus. L'on sait que Kinshasa a exprimé son refus de voir encore des indiens... Karel de Gutcht encore sceptique à propos des troupes belges en RDC, car il est impossible d'en définir la mission, selon ses propres mots. La nouvelle "diplomatie par vautours interposés veut que l'ONU transforme le mandat de la MONUC en substitution officielle de des FARDC pour combattre le CNDP et par conséquent laisser le champ libre aux FDLR et à l'ineptie gouvernementale. C'est Jean-Maurice Ripert, top diplomate de la France à l'ONU qui est en train de faire le draft du nouveau mandat de la MONUC. Tout cela en noir sur blanc ici:
Et voilà le comble de l'hypocrisy! C'est Kabila qui a chassé ce rapporteur des droits de l'homme et en tout état de cause, qu'aurait fait celui-ci devant un Kabila déterminé à mener une guerre perdu à l'avance! Lui aurait-il interdit de déclancher la guerre contre le CNDP?
Alan Doss était en train de souffler le chaud et le froid en meme temps hier à New York. C'est en fait lui qui a demandé une force internationale pour faire "le pont" pendant que Ripert cherche les 3000 casques bleus. Il cherche à plaire Kabila et les ONGs à la fois. Swing s'y est essayé, mais il a échoué lamentablement. Mais Doss sait au fond que le nouveau mandat de la Monuc que tout ce beau monde cherche ne peut pas faire en sorte que la MONUC se substitue aux FARDC. Je pense qu'il sait le danger que présentent celle-ci pour l'ONU à cause de leur alliance avec les génocidaires. Dans son for intérieur, il sait comme Obasanjo, que les revendications du CNDP ne requièrent pas une esclade militaire que Kabila et la France veulent. Il sait aussi que tout mandat musclé de la MONUC ou d'une force internationale impliquera ipso facto l'alliance de la communauté internationale avec les génocidaires contre le CNDP, seulement parce que celui-ci veut défendre les minorités et exiger des comptes à des institutions ineptes soutenues par des diplomates et ONGs hypocrites.

Wednesday, 26 November 2008



Hier dans la soirée, Reuters a publié des propos du ministre congolais de l’information, Mr Lambert Mende. Il a dit qu’aucune négociation n’était possible entre le gouvernement congolais et le CNDP. Il a ensuite explicité, sachant très bien que cette obstination à ne pas négocier demeure la raison fondamentale du malheur kivutien. Mais son explication ne changeait en rien son affirmation première : « Nous acceptons de négocier avec Nkunda dans le cadre Amani », un programme qui a échoué parce qu’il ne s’agissait qu’un programme à sens unique avec lequel le gouvernement voulait torpiller le peu d’avance qu’avait signifié l’Acte d’Engagement de Goma. En effet, l’engagement pris par le gouvernement dans cet Acte constituait un pas vers une possible paix négociée. Cependant Joseph Kabila et son entourage extrémiste ont eu l’impression d’avoir fait des concessions qui seraient interprétées comme une seconde humiliation après celle de Mushaki.

Donc pour répondre à l’appel qu’Olosegun Obasanjo, en sa qualité d’Envoyé Spécial de l’ONU, a adressé au président Joseph Kabila, Lambert Mende affirme que « personne ne peut négocier en dehors du programme Amani". Nous savons qu’Olosegun Obasanjo avait déclaré à la presse et informé l’ONU qu’il n’avait rien trouvé d’outrageux dans les exigences du CNDP. Que s’est-il alors passé entre ces déclarations qui date du 16 Novembre et le refus de négocier proclamé par Lambert Mende hier ?

1) Le président Kabila est allé consulter ses alliés à Brazzaville et à Luanda, pendant que ses alliés en Europe s’activaient sur deux possibles points d'appui à son option guerrière. Les vautours ont fait pression sur l’ONU pour obtenir les 3100 casques bleus supplémentaires. En cela les vautours ne faisaient que seconder la pression de la diplomatie française sur le Conseil de sécurité. La course à la montre ne pouvait pas s’arrêter là, ils n’avaient que les heures dont Kabila avait besoin à Brazzaville et à Luanda pour agir vite. Les casques bleus supplémentaires sont déjà une réalité, et semble-t-il un armement plus efficace pour anéantir les troupes du CNDP, on parle déjà de 15 hélicoptères supplémentaires. On s’active pour qu’en décembre le mandat de la MONUC soit modifié dans le sens d’en faire une armée pour amasser les victoires que les FARDC-FDLR n’ont pas encore remportées.
2) Les vautours ne s’arrêtent pas en si bon chemin, la pression augmente sur les pays européens pour qu’ils envoient des troupes plus crédibles que les pakistanais, népalais, indiens, sud-africains, etc. Charles Michel a dû rappeler aux media que depuis la mort de 10 soldats belges durant le génocide rwandais le parlement a interdit l’envoi des troupes belges. Il y en a qui veulent obliger le parlement belge à amender cette décision, mais le fera-t-il du vivant des famillles des victimes? Et sur terrain, les vautours ont trouvé tous les prétextes du monde pour déménager les déplacés des Kibati comme pour déblayer le terrain avant une offensive d’envergure contre le CNDP. Cela n'a pas été difficile, il suffisait de tout organiser pour qu'une vie innocente soit fauchée au camp de Kibati pour convaincre et les déplacés et le public...
3) La France croit toujours pouvoir essayer une opération Turquoise bis, n’a-t-elle pas ses alliés les FDLR/Interahamwe sur place au Kivu où ils sèment la désolation depuis 14 ans ? Toutes les récentes déclarations de Bernard Kouchner visaient et visent à conforter Kabila dans sa guerre contre Nkunda. D’ailleurs tous les media mettent invariablement l’initiative de la guerre pourtant commencée par Kabila, sur le CNDP.
4) Le rapport de Human Right Watch qui hier a fait couler beaucoup d’encre parce qu’il incrimine également le gouvernement, les rebelles et les milices n’est rien d’autre que de la fumée aux yeux de l’opinion nationale et internationale. En réalité HRW, comme les autres vautours, veulent se régaler sur la RDC à Génève où ils ont réussi à déclencher une réunion du Conseil de l’ONU pour les droits de l’homme exclusivement consacrée à la RDC. Je disais hier que c’est la nouvelle formule par laquelle ces vautours veulent envoyer à la Haye les adversaires de leur enfant chéri, Joseph Kabila. C’est comme cela qu’ils peuvent continuer avec lui à martyriser le peuple et s’enrichir sur son dos. Anneke Van Woudenberg veut construire sa carrière sur les fils du Congo qui refusent et la nouvelle version de la dictature, et la nouvelle version du colonialisme.

En conclusion l’on peut dire sans risque de se tromper que si Kinshasa parle tranquillement de ressusciter un programme Amani qui n’a même plus les officiels du gouvernement qui s’en chargeaient (cfr le nouveau ministre de l’éducation et le nouveau chef d’État Major), c’est parce que Joseph Kabila et les vautours préparent une offensive plus meurtrière contre le CNDP. Les propos de Kamere réclamant une opération Artémis II, de Paris, eh oui, de Paris en disent long. Si l’on tient compte des manœuvres des vautours sur le plan des droits de l’homme, le décors est planté pour une guerre sur terrain et une guerre pseudo legale à partir des institutions sensées promouvoir la paix et unir les nations. Les gars de Nkunda doivent se préparer car ils ne peuvent compter sur personnes d’autre qu’eux-mêmes pour faire face, seuls, à l’injustice globale que subit la province du Nord-Kivu grâce à un pouvoir inepte à Kinshasa. Mes excuses au lecteur de ce blog qui prend offense chaque fois que je qualifie le leadership kinois d’inepte !

Tuesday, 25 November 2008


She carefully accuses both FARDC and CNDP in exactly the same manner She was talking to Hereward Holland/Reuteurs
And I have just said in my earlier posting that the vultures are supporting Joseph Kabila in his position: Look at this picture:
Now they are going to drum up pressure to push Nkunda into going back to the Amani programme! We'll keep a pager on this!




En date du 20 novembre, chez Amnesty International, on célébrait la décision du Conseil de Sécurité d’augmenter les troupes de la MONUC. J’ai déjà expliqué aux lecteurs de ce blog comment et pourquoi cela ne résolvait pas le conflit à l’Est de la RDC. Mais pour Amnesty International, qui a fait pas mal de lobbying pour obtenir cette décision, il s’agissait d’une victoire : l’assurance que les « Vautours » tracent l’agenda de la suite dans les événements. Suzanne Trimel, à New York, est arrivée à affirmer que « le peuple de la RDC a trop attendu ce grain d’espoir et a hâte de voir ces troupes les protéger contre les attaques sur terrain ». Elle-même avancé que cela ne suffira pas puisque les rapports des violences et exactions, abduction d’enfants continuent d’affluer. Elle a fini par exiger que tous les pays envoient obligatoirement d’envoyer des troupes pour grossir la MONUC.

Pour rappel aux lecteurs, en cette même date, j’ai affiché un billet sur la manière dont les « Vautours », Amnesty en tête travaillaient pour façonner le futur de la crise en RDC. Le 21 novembre, la même organisation a produit un document qu’elle a commencé à faire circuler sur le net seulement depuis hier. Vous avez là la stratégie d’une nouvelle colonisation en sa phase terminale. La RDC, faute d’écouter ses propres enfants, se retrouve prise entre les nouveaux colonialistes avec leurs stratégies les plus hypocrites. Il se dégage de l’aperçu général de Amnesty International une vision destructive. Bien sûr Amnesty International travaille avec les autres « Vautours » comme ICG tel que les lecteurs du potentiel ont pu le réaliser hier dans le réquisitoire contradictoire du député Kiakwama kia Kiziki, très proche des vues de International Crisis Group.

Quelques aspects de la vision destructive qu’a Amnesty International et par conséquent les autres ONGs faisant cartel avec cette organisation :

- Agiter le spectre d’une guerre régionale, simplement parce que les « Vautours » tiennent à la légitimité de Joseph Kabila comme s’elle était objective et productive. Cette attitude des « Vautours » laisse entrevoir leur soutient à l’obstination de Kabila de ne pas négocier avec Nkunda.
- Définir d’une manière terriblement diluée les FDLR, ce qui montre une fois de plus que les « Vautours » travaillent à diluer le danger que ces forces constituent pour la stabilité de la RDC et de la Région.
- Considérer les PARECO comme de simples Mai Mai quand c’est de notoriété publique que c’est là une autre mutation caméléonesque des FDLR, une confirmation de plus que les « Vautours » sont des avocats des génocidaires
- Continuer de considérer que l’Acte d’engagement de Goma est un processus de paix viable quand il a lamentablement échoué par manque de volonté politique de Kinshasa. D’ailleurs comment Kinshasa allait-elle s’impliquer honnêtement dans l’Acte d’Engagement de Goma quand elle n’a rien fait avec l’accord de Rome en 2005, l’Accord de Nairobi en 2007 ???
- Affirmer qu’il n’y a pas d’évidence de la coalition entre les FDLR et les FARDC : c’est risible !!!
- Brandir les violations des droits de l’homme contre le CNDP en accordant une importance minime à celles qu’a commis et continue de commettre l’alliance FDLR-FARDC

Les recommandations sont aussi nocives que la vision ci-haut exposée. C’est des recommandations qui visent à prolonger de manière indéfinie l’activité des « Vautours » au Kivu. Surtout l’appel au Conseil de l’ONU pour les droits de l’homme. Comme la CPI est en train de se discréditer, les « Vautours » veulent unir leurs forces pour trouver au niveau de ce Conseil, une autre manière de traquer toute personnalité charismatique voulant en finir avec un régime corrompu qui n’a fait que livrer le pays en pâture aux « Vautours ». Ils tiennent à se débarrasser des leaders du genre de Nkunda. C’est pour cela qu’il faut dénoncer leurs tactiques.

Ci-bas les liens utiles.

Monday, 24 November 2008


Le conseil de sécurité de l'ONU croit dur comme fer en sa MONUC qui se révèle incapable de protéger les refugiés contre des FARDC-FDLR affamées et frustrées par un pouvoir inepte à Kinshasa!

Comment les FARDC peuvent malmener la MONUC sous pretexte de chercher des rebels dans le convoi de l'ONU. Et Sylvie Van Wildenberg qui s'en étonne, puisqu'elle ne faisait que transporter les Mai Mai. Les FARDC auront-elles cherché à se vanger des Mai Mai pour la punition que ceux-ci leur ont infligée la semaine dernière?


Check out the numbers and the way they want to shape the DRC perception itself. The ennemy is strong and ruthless, using africans to undermine africans... We'll keep a pager on this. The CNDP got to be wary of these tactics!


Les lecteurs de ce blog savent de qui je parle quand je dis "vautours", il s'agit des ONGs et des media qui, sur le plan national et international, façonnent la manière de parler du conflit congolais, juste dans le but de promouvoir leurs propres intérêts. Ils prennent tous le CNDP et son leader pour leur bête noire, d'où les attaques constantes contre les deux, les distorsions de tous genres dont la plus banale et paresseuse demeure celle qui veut absolument les lier au leadership voisin. Curieusement, ces mêmes "vautours" ne trouvent jamais embarrassant le fait que le leadership kinois et l'élite qui contrôlent l'ONU soutiennent activement les forces génocidaires en RDC.
Le narcissisme dont je veux parler aujourd'hui est motivé par l'article de David Lewis/Reuters que j'ai posté en anglais récemment ici. Pour une première fois un membre de la communauté des "Vautours" insinuait presque ouvertement que Joseph Kabila a très peu d'options ouvertes et que probablement il ne lui reste plus que la négociation politique avec le CNDP. L'on peut dire que l'objectivité de Lewis s'arrête là, parce que dans la même phrase introductoire, il insinue que le leader des rebels n'est pas en train de capitaliser politiquement sur sa supériorité militaire. Ce qui pourrait être vrai, mais seulement dans la mesure où ces "Vautours" sont complètement sevrés d'information en relation avec les stratégies du CNDP. Puisqu'ils le sont, alors ils préfèrent toujours avancer des spéculations pour que l'opinion adopte leur manière de voir. Ces spéculations font partie de ce que j'appelle les tactiques mercenaires concertées entre media et ONGs. En effet le deuxième paragraphe de l'article fait état du sempiternel chiffre des IDPs. Pourquoi? Tout simplement parce que ce chiffre à lui seul justifie la raison de la présence des "Vautours" sur place. Et c'est pour perenniser leur propre présence que ces "Vautours" adorent voir le peuple congolais clochardisé. Ils aiment voir les petits et grands agriculteurs de la province devenir des mendiants qui ne savent rien faire d'autre que tendre la main vers les camions des "Vautours" de tout acabit. C'est pour se complaire dans leur narcissisme que ces "Vautours" n'admettront jamais que le CNDP puisse reinstaller les déplacés dans leur terre. Et pour cause, les FDLR, chouchou des "Vautours" sont toujours là pour empêcher tout ressettlement .
Un autre aspect du narcissisme des "Vautours". Tout en reconnaissant, avec sources diplomatiques à l'appui que Kabila devra de toutes façons négocier, sinon son option guerrière continuera à avoir sur lui un effet boomrang, Lewis laisse entendre que Kinshasa ne peut négocier que dans le cadre du défunt programme Amani, histoire de se couvrir le dos journalistique! Être en bons termes avec Kinshasa. Il va plus loin et offre l'espace de son article comme tribune pour le reste des "Vautours". Il plaide pour les humanitaires qui n'ont pas pu franchir les zones de combats pour atteindre un nombre d'IDPs qu'il estime à plus d'un million. Au début de l'article, il parle de 250,000!!! Un saut de 750,000. La raison du saut apparaît immédiatement, Anneke Van Woudenberg, eh oui Human Rights Watch, a quelque chose à dire: rappeler au public que la rebellion a gagné du terrain, et continue à être une menace contre Goma.
Ces subterfuges mercenaires combinés entre media et ONGs n'arrêteront pas un mouvement en marche. Pendant que les "Vautours" travaillent d'arrache-pied pour discréditer ce mouvement, c'est la réalité sur terrain qui ne permet plus de l'arrêter. Il ne suffit plus de crier que les tutsis congolais sont des rwandais, cela est déjà passé de mode. Il ne suffit plus de crier que Kigali soutient le CNDP pour balkaniser la RDC: le CNDP veut une RDC dignifiée, grande et unie, pas divisée, le Rwanda n'y est pour rien. Les "Vautours" utilisent le spectre d'une balkanization pour les simples d'esprit qui peuplent la RDC. Bien sûr que le CNDP convertira ses victoires militaires en victoires politiques, c'est l'évolution normale des choses. Il ne se précipitera pas car c'est cela que ses ennemis veulent. Quant à mentionner qu'il ne peut pas se permettre d'autres Kiwanjas, c'est montrer de quel côté penchent les "Vautours" car ils savent très bien que les Mai Mai sont responsables des massacres en question. Et les pauvres Mai Mai sont utilisés par les FDLR pour commettre tant de crimes contre leur population. Les lecteurs de ce blog qui se croient en devoir de me rappeler que qui tue par l'épée périt par l'épée, s'ils ne sont pas aussi ignorants qu'ils veulent le paraître devraient savoir que cet adage s'applique, dans le cas précis du conflit congolais, au camp qui a déclenché les hostilités, non seulement depuis le mois d'août, mais aussi depuis les massacres du camp Kokolo, de Kitona, de Kamina, de Gatumba etc...

Saturday, 22 November 2008


Sur la longue route vers la paix en RDC je veux dire!
Nous nous occuperons des contradictions délibérement filtrées par David Lewis dans son article dès que d'autres occupations urgentes nous le permettront! mais en attendant, lisez entre les lignes:


La patience paie, mais trop lentement. À défaut d'autre chose il faut dire qu'il vaut mieux tard que jamais. Les media kinois ont évité rapporter ce petit mot de Mr Alan Doss intercallé dans sa conférence de presse que vous lirez dans ce petit article du Phare: Qu'on le veuille ou non, Nkunda est l'interlocuteur, c'est laché... Au fond Kabila le sait puisqu'il en a fait son unique adversaire militaire, de là la surprise qu'inspire le refus de ce même Kabila de le considérer comme un interlocuteur politique direct. Il faut donner du temps au temps et le bon sens trouvera son chemin vers une petite table de dialogue, ou sera-t-elle une grande?
Et les terribles déboires militaires sont imputés aux pauvres "militaires bavards" parce qu'ils ont osé dire aux journalistes ce qu'ils pensent de l'absurde guerre dans laquelle le gouvernement les a entraînés!
Et une preuve du manque d'imagination de Vital Kamere: Programme Amani Bis, Artemis Bis et bla bla bla bla... Cela n'arrêtera pas la guerre de Kabila aussi longtemps que celui-ci pense qu'il peut encore utiliser les FDLR!
"Vital Kamerhe qualifie ce qui se passe à l'est de la RDC de "rebellion" et lance un appel pour un «Programme Amani Bis»

Vital Kamerhe ne jure que par "Artemis Bis" pour justifier la sortie d'un autre montant de $6 millions du Trésor Public!

Le président de l'Assemblée nationale de la République démocratique du Congo, Vital Kamerhe, a estimé mercredi 19.11.2008 que la "voie militaire (s'était) révélée inopérante" dans le conflit dans l'est du pays, se disant favorable à des négociations avec "toutes les parties impliquées".
Interrogé à Paris par la chaîne d'information France 24 sur la possibilité de négociations entre "les deux parties", soit Kinshasa et la rébellion de Laurent Nkunda, M. Kamerhe a répondu: "Pas seulement les deux parties, toutes les parties impliquées dans le conflit dans le Nord-Kivu, parce que la voie militaire s'est révélée inopérante".
"Il faut privilégier la voie politique avec les mouvements de rébellion et tous les autres groupes armés", a-t-il ajouté.
Mr Kamerhe a exclu une rencontre entre ce dernier et Laurent Nkunda.
Interrogé sur une telle possibilité, il a répondu: "non. Dans un premier temps. Parce qu'il faudra d'abord que les rebelles fassent amende honorable. Il faudra qu'ils reconnaissent les institutions de la République, que nous puissions discuter avec eux à un autre niveau".
"Ce sont les délégués du gouvernement qui vont discuter mais dans un cadre où il y a toutes les forces vives de la nation pour que nous sachions ce que nous devons faire pour ramener la paix chez nous", a-t-il ajouté
Et Mama Abbé Malu-malu, pardon, Maman Braeckmann prête voizx à Malu Malu afin que celui-ci utilise sa tribune pour son discours sans imagination pareille à celui de Kamere. On se demande pourquoi les trois s'accrochent au défunt programme Amani: C'était une vache à lait, une source de revenu... Mais on peut compter sur eux pour en trouver une autre très vite:
Elle ne sait plus comment défendre son Kabila face aux contradictions entre les ministres Belges. J'ai une vague sensation qu'elle croit pouvoir faire mieux que tous ces hommes pour la Belgique, à leur place, auprès de Kabila!!!

Friday, 21 November 2008


I like the way he unambiguously states that the CNDP is a reactionary force created by internal issues in that country (the DRC). Slowly, step by step, relentlessly, the National and International opinions have to come to terms with the fact that the Movement is something different from all previous ones. It is determined to claim the defence of people's right to develop themselves!
Lord Mark Malloch Brown who worked with the UN at the time of the rwandan genocide is touring the Great Lakes Region. He is the best person to assess how diplomatic failure and irresponsible military offensive, like the one lauched by Kabila in the East since august 2008, can have a high political price, and worse, a high human price! Read on:


When I get time I will check out the difference between this effort and the past ones from the same politicians! So some people try to really understand what is going on though they are far from proposing a perfect solution, which no one has anyway as long as the Congolese people do not look for the solution themselves!

For Immediate Release – November 19, 2008
Contact: Zach Lowe & Katie Rowley (Feingold) 202-224-5323
Brian Hart (Brownback) 202-228-3107

Resolution is a Bipartisan Effort to Implement a Comprehensive Solution to Violence in DRC

Washington, D.C. – Today U.S. Senators Russ Feingold (D-WI) and Sam Brownback (R-KS) introduced a bipartisan resolution calling for a ceasefire in the Democratic Republic of the Congo (DRC) following escalating violence in the country. Feingold and Brownback, Chairman and former member of the Senate Foreign Relations Subcommittee on African Affairs respectively, were joined by 15 other senators in condemning the violence against civilians and encouraging the international community to work for a comprehensive and lasting solution to the crisis. The resolution calls for an immediate ceasefire as a critical step toward reviving the dialogue between warring parties, while also allowing humanitarian assistance to get to those who desperately need it. According to an International Rescue Committee report in January 2008, the conflict and related humanitarian crisis in the DRC has led to an estimated 5.4 million deaths since 1998 and the toll continues to rise by as many as 45,000 deaths each month.

"Last year, I traveled to North Kivu, where the fighting is taking place, and saw firsthand the grave suffering of people who have lived through a decade of armed conflict," Feingold said. "I urge my Senate colleagues to support this resolution calling for a ceasefire as the renewed violence has only worsened the suffering of the people in the DRC and has left thousands displaced from their homes. There is no military solution to the conflict in eastern Congo; the international community must work collectively with countries in the region to ensure all sides develop and implement a political solution."

Brownback said, "The conflict in the Democratic Republic of Congo is the forgotten crisis in our world today. With over 250,000 people displaced in the last two months, sporadic fighting between armed groups, rape and sexual violence thriving on impunity, this forgotten crisis continues to pass through each of our hands without our knowledge. Exploited minerals, used in our daily electronics, are being smuggled out of eastern Congo which in turn are funding armed groups and allowing this conflict to continue. We call on the electronics industry for transparency in their products, we call for an immediate ceasefire and negotiations towards a political solution to this conflict, and we call on the international community to not allow Congo to fall into the shadows once again and be so easily forgotten."

The Feingold-Brownback resolution:
Condemns the continuing violence against civilians
Calls for a ceasefire
Calls on the DRC government to end the threat posed by the Democratic Forces for the Liberation of Rwanda
Calls on the governments of DRC and Rwanda to restore bilateral relations
Calls on the governments in the Great Lakes region and Southern Africa Development Community to support a peaceful resolution and ensure the volatile situation does not spark a wider regional war
Supports efforts to bring all parties to negotiating table to implement peace agreement
Encourages the international community to enhance effectiveness of the U.N. Mission in Congo
Urges U.S. government to sustain high-level diplomatic engagement with the A.U., E.U. and U.N. to avert wider regional war
Urges U.S. and international community to develop mechanisms to hold parties accountable to signed peace agreements
Urges U.S. and international community to adopt measures to help regional governments to identify and address factors underlying the conflict, like weak governance and exploitation of the region's lucrative materials.

The resolution is cosponsored by a bipartisan group of senators including Senators Patrick Leahy (D-VT), Tom Harkin (D-IA), Dick Durbin (D-IL), John Kerry (D-MA), Chris Dodd (D-CT), Olympia Snowe (R-ME), Joe Lieberman (I-CT), Robert Menendez (D-NJ), Johnny Isakson (R-GA), Amy Klobuchar (D-MN), Barbara Boxer (D-CA), Ron Wyden (D-OR), Kit Bond (R-MO), Norm Coleman (R-MN), Frank Lautenberg (D-NJ).


The UN security council has done what we knew it was going to do: increase MONUC troupes by a 3000 more (3100 according to the Washington Post: So here they are, and then what? Check out Mr Ripert talking about rules of engagement being strong enough but not being used strongly! That's what Bernard Kouchner wanted. But we know they'll be bringing in another bunch of ambitious looters specializing in fathering poor kids in the remote mountains of the Kivu.
Et Babacar Gaye se félicite de la manière dont la MONUC s'acquitte de sa tache: évacuer les FARDC blessées! :
Typical vulture's operations: UNCHR too happy to build new camps instead of ressettling the farmers who have made the Kivu's reputation of "Grenier du Congo" all their lives.

Thursday, 20 November 2008


Non content d'y aller chacun à sa manière, les ONGs s'allient de plus en plus pour définir ce que la sortie de la crise congolaise doit être. Je refléchissais tout à l'heure sur qui devrait garder une sentinelle criminelle, et je n'avais pas encore vu ceci:

Tout ce beau monde veut façonner le destin du Congo. Autrefois quand les États étaient souverains, on pouvait encore parler de protectorat. Que dirons-nous maintenant face à l'apanage d'une souveraineté aussi amorphe que celle de 40 ONGs qui font et défont la fortune ou le malheur des individus tout comme des nations?

Et Kabila s'en va consulter avec l'oncle angolais sur le sort de son option guerrière. Les mercenaires angolais ont probablement fait leur rapport à propos de la nouvelle connaissance qu'ils ont du terrain!

Un billet si bien écrit mais avec l'amertume kinois sur le point d'appeler un chat un chat, mais s'en reserve un peu. C'est sensé être sur un Congo fédéral!


Elisabeth Evenson du Programme de Justice Internationale pour HRW pense que l’indépendance de la CPI est à risque maintenant. C’est pour cette raison qu’elle préconise que tous les États signataires du traité de Rome s’unissent pour défendre une CPI qui se discrédite elle-même grâce à l’excès de zèle de son Procureur, Mr Moreno Ocampo appuyé par ses ONGs promotrices, comme HRW et tant d’autre. Cette juriste de HRW dit qu’il faut défendre l’indépendance de la CPI contre ce qu’elle appelle l’ingérance politique. Elle préconise en même temps une coopération plus étroite entre États pour mener à bien toutes les arrestations. Elle va jusqu’à en fixer un délai : l’année prochaine. Pour ce faire, HRW a écrit un mémorandum aux États membres leur fixant à l’avance les sujets à discuter. Madame Evenson plaidait à la fois pour une augmentation des fonds pour faire fonctionner une court qui, à ses dix ans, n’a fait qu’accumuler des mandats d’arrêt contre des africains qui, à l’exception de Taylor et de Joseph Kony, n’ont fait que s’opposer au régime chaotique dans leur pays. Il s’agit essentiellement des Congolais de la RDC, Lubanga, Ngudjolo, Katanga et Bemba.

HRW hausse le ton parce que fort de la victoire des démocrates aux élections américaines. En effet, il est de notoriété publique que ce parti adopte généralement les vues de cette ONG, ainsi que celles de IRC, entre autres, surtout en ce qui concerne l’Afrique au Sud du Sahara. Ceux qui observent depuis longtemps la définition des crimes contre l’humanité et de génocide telle qu’elle se présente dans l’actualité, savent qu’il s’agit d’une définition forgée par ces organismes. Raison pour laquelle ce sont aussi les mêmes qui semblent intervenir activement dans la sélection des destinataires des mandats d’arrêt.

Evenson réclame la non politisation de la CPI pendant que son organisation travaille d’arrache pieds pour l’instrumentalisation de cette court pour consolider un leadership africain favorisant un nouvel impérialisme. C’est à se demander si HRW ne pourrait être aussi poursuivi pour son appui aux régimes comme celui de Kabila qui fait la guerre à son propre peuple. Quand on parle des déplacés du Nord-Kivu par exemple, des massacres et des exactions commises dans cette province, on ne voit jamais HRW, ni Moreno Ocampo brandir un mandat d’arrêt contre Kabila, ses généraux, les députes xénophobes du Nord-Kivu ou le très xénophobe Julien Paluku ! Depuis la semaine dernière, à la Haye comme à Kinshasa on s’active à propos des prétendus massacres de Kiwanja, mais on passe pieusement sous silence le long génocide que les FDLR mènent depuis 14 ans en RDC, et le calvaire que les FARDC impose à leur compatriote. Ayant reporté les faits de Kiwanja ici, je n’y reviens pas. Mais je veux surtout poser la question anglaise de « who is watching the watcher » ?

Qui gardera l’Afrique noire contre l’impérialisme juridictionnel sponsorisé par les ONGs et l’ONU elle-même. Non content de l’échec temporaire avec Bachir, Ocampo cherche les rebelles du Sud Soudan, il aurait délivré un mandat contre un héros du type de John Garang s’il vivait encore. La France s’en prend à Mme Kabuye. En attendant, les chefs des FDLR se la coulent douce en Allemagne, pays qui a, curieusement arrêté Kabuye. Nous y reviendrons, je l’impression que ceci ne fait que commencer !


Le Potentiel en veut à Karel de Gutch parce qu'il s'est opposé à plus de troupes pour grossir la MONUC:
Et maintenant le Phare veut faire croire qu'au sein du commandement militaire de la 8ème région, il y a des hommes en connivence avec le CNDP! Quelle abérration, Kahimbi ne permettrait jamais cela, et les députés extremistes du Nord-Kivu auraient déjà fait brûler vifs les suspects!
Le phare va plus loin depuis hier, il accuse le chef du CNDP de damer le pion médiatique au Leadership Kinois. N'y a-t-il pas de mauvaise foi ici? Les media proches de Kabila s'endormiraient-elles sur les moyens mis à leur disposition en tant que premiers détracteurs du CNDP?
Le programme Amani, on n'en démord pas au PPRD selon le Révélateur:
La bonne volonté du CNDP d'opérer un retrait unilatéral est mise à l'épreuve par les milices pro-Kinshasa:
Kamere semble revenir à la raison en reconnaissant que l'option guerrière est inopérante, mais il croit encore qu'il peut organiser une khermesse comme celle de janvier 2008:


One of them is a friend of mine who was convincing common friends that General Laurent Nkunda looked very uncomfortable in a suit while receiving Olosegun Obasanjo. Now it's the NYT's correspondent in Rutshuru who is reading inexperience and lack of qualifications in the fact that a general could opt for a suit instead of boots to receive foreign envoys! He is actually reading too much here because he thinks Nkunda's suit equal the inexperience of his staff trying to cope with foreign aid NGOs fighting for the scramble of IDPs. The scramble for Africa has taken up the face of the scramble for IDPs. The new colonization is underway and foreign media are doing everything to discredit any African effort such as that of Nkunda to rid the Congo of corrupt leadership and their foreign support! We'll keep track on this, paging from Muchaki or elsewhere!

On another note, Alan DOSS has come to the same conclusion as this blogger, more troupes for MONUC will not bring peace, so why is the UN Security Council contemplating increasing those troupes? Because the UN is there to loot, in a less brutal manner than FARDC but all the same, it will be cooperating with genocide forces to prevent Congolese like those of CNDP to forge a true liberation of the long suffering province of Kivu!

I seem to have solved my problem with links. So here is the testimony of the belgian journalist who was kidnapped in Kiwanja,4254,8636&suiv=13014&page=4&obj_id=91723

Wednesday, 19 November 2008


Il est difficile de comprendre pourquoi ce poids lourds du lobby occidental s'accroche encore à l'accord de Nairobi bafoué par Kinshasa il y a déjà une année, et le programme Amani qui a plus qu'échoué lamentablement! L'auteur de l'article veut blamer les européens qui ne veulent pas tremper dans un autre génocide en envoyant leurs troupes au Kivu. Par contre il appuie le discours propagandiste de Bernard Kouchner qui semble être la tête de pont de la Françafrique dans les Grands Lacs, et pour cause, c'est le socialiste de l'ère Mitterand qui est encore aux affaires, et quelles affaires, les affaires étrangères de la France en Afrique! Ironie du sort!


Ce n'était donc pas des "on dits". Que le lecteur comprenne ce qui peut se comprendre!,4254&suiv=8636&page=3&obj_id=91723


Publié le 18/11/2008 à 10:13, mis à jour à 13:59
L'armée congolaise désemparée, son chef remplacé
Démoralisée après ses revers dans l'est du pays, l'armée congolaise s'est heurtée mardi à des alliés Mai Mai qui veulent qu'elle tienne ses positions et combatte les rebelles tutsis de Laurent Nkunda.

Militaires congolais quittant la ville de Kanyabayonga, dans l'est de la République démocratique du Congo. Après que l'armée a enregistré une série de défaites face aux rebelles tutsis du général dissident Laurent Nkunda, Joseph Kabila, le président congolais, a limogé le chef d'état-major de l'armée. (Reuters/Finbarr O'Reilly)

A Kinshasa, le président Joseph Kabila a limogé le chef d'état-major des armées, le général Dieudonné Kayembé, pour "changer de dynamique après les défaites", a déclaré un membre de l'entourage du chef de l'Etat. Kayembé a été remplacé par Didier Etumba, ancien chef des renseignements militaires, a annoncé la télévision congolaise.

Les troupes gouvernementales qui battaient en retraite après une offensive rebelle sur Kanyabayonga, dans l'est de la province du Nord-Kivu, ont été bloquées par des patriotes résistants congolais (Pareco), des miliciens Mai Mai alliés au pouvoir central.

"Nous les arrêtons et nous essayons de les forcer à repartir au front. C'est notre boulot. Nous ne comprenons pas comment ils peuvent fuir alors que les rebelles sont sur le point de prendre Kanyabayonga", a déclaré à Reuters le général Sikuli Lafontaine, le chef des Pareco. "Ces soldats sont des lâches. Ils ne font que fuir, puis violer et piller dans les villes".

Sur place, des témoins disent avoir vu les corps de militaires gouvernementaux et de miliciens Mai Mai.

Les officiers de l'armée régulière n'ont pas réagi à ces informations.


Le gouvernement congolais, soutenu par ses alliés occidentaux, s'est efforcé de reconstruire une armée nationale à partir des éléments de l'armée gouvernementale et des factions rebelles ayant combattu lors de la guerre de 1998-2003, qui avait impliqué six pays africains.

Mais de vieilles allégeances, le manque d'entraînement et de discipline, l'habitude de s'emparer d'un butin lors des combats, ont fortement compliqué une tâche déjà difficile en raison des tensions ethniques qui minent l'est de la RDC (République démocratique du Congo).

Les soldats du rang se plaignent de ne pas être payés ou disent ne pas faire confiance à leurs supérieurs. Un officier interrogé à Luofu, près de Kirumba, a dressé une longue liste de doléances, sous le sceau de l'anonymat.

"Nos soldats sont en colère. Nous n'avons pas reçu d'argent depuis un an (...). Quand l'argent ne vient pas, c'est comme si on tirait à l'arme lourde contre nous. Nos blessés ne sont pas soignés et nous ne sommes pas assez nourris", a-t-il dit.

Il a ajouté que les soldats n'avaient aucune confiance dans le chef de l'armée de terre, le général Gabriel Amisi, connu aussi sous le nom de "Tango Four", car c'est un ancien camarade de Laurent Nkunda, issu comme lui des rangs du Rassemblement congolais pour la démocratie, le RCD, soutenu par le Rwanda pendant la guerre de 1998-2003.

"Nous essayons de nous battre, mais ils se connaissent bien sur le plan politique", a souligné cet officier.

Le conflit du Nord-Kivu trouve son origine dans le génocide rwandais de 1994, quand les milices hutus ont tué 800.000 Tutsis et Hutus modérés avant de fuir dans l'est de la RDC.

Nkunda affirme que ses troupes protègent la minorité tutsie en RDC et accuse Joseph Kabila de s'appuyer sur les combattants hutus des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) pour le combattre. Kinshasa accuse le Rwanda de soutenir Nkunda.

Le général mutiné s'est engagé dimanche au respect d'un cessez-le-feu dans la région, mais les combats se poursuivaient mardi à Kirumba et Kanya, non loin des rives du lac Edouard.

Kinshasa l'accuse de violer ses engagements, lui répond que l'armée se livre à des "provocations".

Version française Jean-Stéphane Brosse

Tuesday, 18 November 2008


La nomination du nouveau chef d'Etat Major:

On continue d'accuser le CNDP de violer son propre cessez-le-feu, en tout cas c'est cela qu'affirme RFI:

Qui controle le coltan? Selon Suissinfo, c'est le CNDP:

Les politiciens kinois croient que Nkunda a piegé Obasanjo:

Quelle est la stratégie des FARDC? Le figaro dit que cette fois ci c'est elles qui tirent à Kanyabayonga. Pour une fois un journaliste n'accuse pas le cndp!

De Gutch au moins a compris une chose, que Kabila n'écoute pas et qu'il ne sert à rien de lui parler!

Et voilà ce qu'on pense en Belgique: De Gucht critique Michel, Kabila et Nkunda

Mis en ligne le 18/11/2008

La rébellion de Laurent Nkunda a annoncé mardi qu'elle allait opérer "un retrait unilatéral de ses troupes sur une distance de 40 km" sur deux fronts dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), afin de "donner une nouvelle chance à la paix".
RDC: la rébellion annonce se retirer de 40 km
RDC: incidents impliquant l'armée près d'une ville stratégique
Kivu: progrès vers une issue pacifique
Le ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht tire à boulets rouges, mardi dans De Morgen, sur son collègue Charles Michel.

Son prédécesseur et actuel commissaire européen en charge de l'aide au développement Louis Michel en prend également pour son grade, tout comme le président congolais Joseph Kabila et le chef de guerre Laurent Nkunda.

Dans une interview accordée au quotidien flamand, le ministre De Gucht juge l'approche de son collègue en charge de la coopération au développement Charles Michel "déloyale et inefficace". Le libéral flamand estime que le premier ministre Yves Leterme devrait prendre les mesures "appropriées" contre le "dissident" Michel.

Louis Michel, père du ministre et actuellement commissaire européen, fait également l'objet de critiques. "Si la situation actuelle au Congo est le fruit de la politique de Michel, cela interpelle", a-t-il déclaré. "La situation n'a jamais été aussi navrante", ajoute Karel De Gucht qui exige également de Louis Michel qu'il reste sur le terrain européen.

Le ministre a par ailleurs réitéré ses critiques à l'encontre du président congolais Joseph Kabila. "Que l'on parle à Kabila ou pas n'a pas d'importance, cela ne change jamais rien", a-t-il déclaré. Enfin, M. De Gucht n'a pas exclu que le chef rebelle Laurent Nkunda ait un jour à répondre de ses actes devant la Cour pénale internationale de La Haye pour crime contre l'humanité


Congo replaces army chief after defeats by rebels
Tue 18 Nov 2008, 9:27 GMT

[-] Text [+] KINSHASA (Reuters) - Congolese President Joseph Kabila has replaced the head of his armed forces, a move aimed at bolstering their fighting capacity after a string of defeats during weeks of battles against eastern rebels, officials said.

General Dieudonne Kayembe was replaced as military chief of staff by General Didier Etumba, who was previously head of the navy and has also served as head of military intelligence, state television announced late on Monday.

Kabila's army has been repeatedly routed in east Democratic Republic of Congo by Tutsi rebel fighters led by renegade general Laurent Nkunda. The violence in North Kivu province has displaced 250,000 people since the end of August, causing a humanitarian emergency and threatening a wider war.

Human rights groups have accused the rebels of committing war crimes and say retreating, ill-disciplined government soldiers have also looted, killed and raped.

"Kayembe has been removed. I guess the president wants to change the dynamics after the losses," said a presidency source.

Congolese and international officials have repeatedly accused Congo's military hierarchy of embezzling money meant for poorly-paid and ill-equipped soldiers who are sent to the front.

Etumba was involved in the negotiations that ended Congo's 1998-2003 war, which sucked in six neighbouring countries and killed 5 million people through violence, hunger and disease. He has also been involved in talks with Nkunda's rebels and is a respected commander, a United Nations official said.

Nkunda's rebels in North Kivu forced back army troops and advanced north on Monday despite their leader's pledge to back a ceasefire and peace talks after a weekend meeting with former Nigerian President Olusegun Obasanjo, a U.N. special envoy.

© Reuters 2008. All Rights Reserved.

Monday, 17 November 2008


Depuis hier les photos d'un Nkunda détendu, bras-dessus bras-dessous avec un apparement euphorique Igwe, je veux dire Mr Olosegun Obasanjo, font le tour des medias. Je parierais que les medias ainsi que certains observateurs, surtout ceux qui supportent le choix guerrier de Joseph Kabila n'en reviennent pas. Ils ne savent pas que penser de cette épisode de la longue marche vers la sortie du cauchemar congolais. Il y en a qui, déjà, taxent Obasanjo d'aveugle, puisqu'il leur semble qu'il n'a pas su voir l'agenda caché que tiendrait le CNDP. Ils pensent que Nkunda a fait croire à l'émissaire de l'ONU qu'il s'agissait de la toute première possibilité de paix qui se présentait! Certains n'hésitent pas à affirmer que Nkunda change ses demandes et qu'on ne sait plus qu'est-ce qu'il veut. On l'accuse d'ouvrir les hostilités et de clamer, à chaque fois l'innocence de ses troupes. L'on sait que Kabila a lancé les hostilités depuis deux mois déjà et plus! C'est de l'intoxication plus que pro-Kabila, absolument pro-FDLR. En effet, avec Kabila ce sont les FDLR qui ne peuvent pas supporter qu'un dignitaire international aille rencontrer Laurent Nkunda et reconnaisse la rationalité du discours de ce derniers. Pire encore, ils ne peuvent pas croire qu'il y ait un dignitaire qui n'affiche pas un soutien aux génocidaires, au moins pour une fois! Ils peuvent multiplier les critiques, l'agenda du CNDP qui se chiffre en la restoration de la dignité du Congo ne changera pas. Ces observateurs et journalistes pro-FDLR et/ou pro-Kabila, c'est du kif-kif, maintenant crient à la violation du cessez-le-feu que Nkunda a promis de soutenir. Ils oublient qu'il a promis de soutenir un cessez-le-feu qui n'existe pas encore. Son adversaire, l'armée gouvernementale, ne semble avoir promis quoi que ce soit à Obasanjo puisqu'elle attaquait le CNDP pendant que Obasanjo était encore en pourparlers avec Nkunda. C'est dans cette logique irrationnelle que l'armée gouvernementale a attaqué Rwindi ce matin pour essayer de crier au monde que le CNDP a violé un cessez-le-feu non encore négocié ni signé. Vive le confusionnisme!

Sunday, 16 November 2008


Les lecteurs qui connaissent Kin trouveront amusant cet article du Potentiel. Donc Nyabirungu ne fait rien d'autre que parler en kinois, hahah

Spirale infernale

Par Willy kabue

A bon mentir qui vient de loin, dit une sagesse populaire et universelle. Mais en RDC, et particulièrement dans la capitale Kinshasa, les Kinois officiels et de la rue font du mensonge un mode de vie.

Le Kinois ne fait pas un pas sans mentir. Toute déclaration est assortie de mensonge ; à des degrés divers. Son cœur bat au rythme du mensonge. Il aspire et expire du mensonge. Sur la route et aux coins de rue. Dans des bus et taxis. En famille et à l’école. Au bureau et au marché. Sur des chantiers à ciel ouvert ou couvert.

Partout à Kin, le mensonge bat son plein. On le respire comme on inhale l’air. On n’en a plein les yeux, les oreilles et les poumons. On se ment à tour de bras, dans de « petites comme dans de grandes choses ». On trompe tout le monde ; ses parents, ses frères, ses amis, son patron et ses collègues. On trompe tous les jours et tout le jour, à tout bout de champ.

On ment même aux autorités et elles n’en font pas grand cas. Pourquoi ? Parce que, elles-mêmes ne peuvent se passer du mensonge. Tous les Kinois baignent dans l’environnement mensonger.

Zut ! A Kin-la-belle, le mensonge mène à tout et procure tout (Sic !). Le policier ment pour escroquer un pauvre citoyen. La victime, à son tour, ment au policier pour se tirer d’affaire. Le mensonge est varié et diversifié. Il va de plus petits aux plus grands.

Fausse identité. Faux et usage de faux. Calomnie. Imposture. Démagogie. Tout s’obtient par le mensonge, tout se règle par le mensonge. Il faut se dédouaner à tout prix.

Le mensonge est érigé en règle. La vérité a reculé jusqu’à se faire reléguer aux espaces abyssaux. Les politiciens sont obligés de mentir pour obtenir des suffrages universels.

Les Eglises, qu’elles soient traditionnelles et de réveil, sont des lieux de prédilection du mensonge. La vérité devient une véritable gageure.

Si bien que, est ridicule celui qui ose dire la vérité. Il est traité d’anachronique, de quelqu’un qui ne comprend pas le monde et ses réalités. Incompris, souvent il est honni. Car, la vérité est devenue une chimère, une utopie réservée à ceux qui peuvent encore rêver.

Il n’a pas tort ce psychologue qui a écrit en affirmant qu’on « va du petit mensonge à la mythomanie ». Il existe des mensonges populaires et des mensonges d’Etat. Pour se dédouaner et sortir du pétrin. A tout prix.

Et au finish, c’est un cercle vicieux : le mensonge appelle le mensonge. Les privés comme les officiels se trouvent emportés dans une spirale infernale qui bloque la RDC.


J'ai eu la nette impression que c'était cela que contenait le discours de l'honorable Nyabirungu, eh oui, un Magrivi depuis toujours, lorsqu'il parlait, cette fin de semaine, d'une petition portant 40 signatures de parlementaires congolais, instruisant la CPI de poursuivre le leader du CNDP pour crimes contre l'humanité comis à Kiwanja. Fort de son salaire de parlementaire et, bien entendu, fort du soutien que Joseph Kabila affiche publiquement pour les extremistes du Nord et du Sud Kivu comme les Nyabirungu, Bariyanga, Barihima, Paluku Julien, et j'en passe, il a voulu émouvoir Obasanjo avant que celui-ci n'aille au Kivu. Je dis qu'il s'agit là d'un extremisme agonisant parce que quiconque veut chercher la vérité là où elle se trouve ne peut pas s'empêcher d'être d'accord avec Laurent Nkunda et son CNDP. Tous les dignitaires qui ont pris la peine d'aller le rencontrer dans son maquis voient et comprennent la légitimité de sa lutte. Donc sur terrain cet extremisme est pratiquement battu en brèche par les faits eux-mêmes. Nyabirungu, qui avait mon respect pendant qu'il m'enseignait le droit pénal à l'UNIKIN, vient de le perdre. Je viens de l'EST de la RDC et crois avoir informé les lecteurs de ce blog sur ce qui s'est passé à Kiwanja. J'étais donc littéralement sidérée d'entendre cet homme que je considérais encore comme un homme de science, proférer des mensonges aussi embarrassants. Les May May, alliés des FARDC et des FDLR dans la guerre contre le CNDP, ont perpétré des massacres à Kiwanja. Ils en ont eu pour leur compte quand le CNDP a riposté pour protéger la population. Et de là à affirmer qu'un nombre entre 250 et 750 personnes avait été massacré par le CNDP... C'est simplement du délire. L'extremisme des députés pro-FDLR au sein du parlement congolais commence à battre de l'aile s'il commence à recourir à des mensonges aussi éhontés!


Voici les dernières nouvelles sur la visite de Mr Obasanjo au Leader du CNDP à Rutshuru:

Il est fort possible qu'Obasanjo, s'il a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, il ait compris qu'aussi longtemps que Kabila maintient son option guerrière, il n'a pas de cessez-le-feu possible.

Wednesday, 12 November 2008



Le représentant de l’Afrique du Sud au Conseil de Sécurité a déclaré ce matin à la BBC qu’il faut augmenter les troupes de l’ONU à l’Est de la RDC et modifier leur mandat. Mr Ripert, Responsable des Missions de Paix de l'ONU a toute fois, quant à lui, exprimé des reserves en disant que les FARDC fuient généralement les combats en laissant la Monuc en première ligne de front. Ceci fait d'elle non plus une force de paix, mais une force de guerre. Reuters dit que le Conseil de Sécurité est en train de surmonter la réticence à le faire justement, surtout parce que le responsable de ces forces au Nord-Kivu dit qu’il lui faut 3000 hommes. Alors pourquoi cette inflation de troupes et l’ouverture à transformer leur mission de paix en mission de guerre pour combattre directement le CNDP à la place des FARDC.

La raison de cette tournure est difficile à comprendre parce que l’on sait déjà qu’une augmentation de troupes ne résoudra pas le problème. Le conflit qui oppose le CNDP au gouvernement congolais est d’ordre politique, que l’ONU, l’UE le veuille ou pas. Le CNDP est le seul mouvement qui ose défier Kinshasa au motif que Joseph Kabila et ses gouvernements successifs ont littéralement échoué et complètement floué le peuple congolais avec une implication financière des puissances occidentales, de l’Afrique du Sud et de l’Angola. C’est évidement normal que l’Afrique du Sud soutienne Kabila dans son option guerrière. Mais elle fait fausse route car, après les combats, il faudra finir par négocier.

L’absence de l’autorité de l’État est ressentie par le peuple de manière aiguë. S’il a fallu tolérer les élections truquées desquelles Joseph Kabila et les nouvelles institutions tirent leur soi-disant légitimité, c’était dans l’espoir qu’ils travailleraient au service du peuple. Ce qui n’a pas été le cas. Il fallait s’y attendre d’une certaine manière à cause des défauts endogènes qui entachent la nouvelle constitution. Cette dernière a consacré une décentralisation qui crée de nouvelles chaînes de corruption. L’inefficacité d’un gouvernement éléphantesque comme celui en place, et même celui de Gizenga démontre que les structures constitutionnelles bloquent elles-mêmes toute possibilité de développement. Il en sera de même de la lourde structure territoriale dont les élections ont été également retardées à cause de la corruption.

Il est par conséquent normal qu’il y ait des congolais qui s’insurgent contre cette situation qui plonge le peuple dans les affres d’une misère sans fin. Et il est par conséquent normal qu’il y ait des congolais qui veuillent demander des comptes à Joseph Kabila. Ceux du CNDP, qui se sont vu assiéger par les forces gouvernementales appuyées par les FDLR, la MONUC et les forces armées angolaises, tout en se défendant contre cet assaut massif, continuent à demander des négociations politiques. Il s’agit de redresser les torts que Sun City a évité de redresser : créer un régime plus adéquat à l’administration de la RDC, en l’occurrence un régime fédéral ; restructurer de manière rationnelle l’armée nationale ; débarrasser la RDC de la présence des génocidaires FDLR ; et finalement formuler sans ambiguïté une citoyenneté inclusive pour les tutsis congolais. C’est là des questions pendantes que ni la guerre, ni 3000 hommes supplémentaires pour la Monuc ne résoudraient pas.


Les rumeurs parlent de l'envoi d'une équipe par le procureur de la CIJ pour mener les enquêtes sur les massacres commis à Kiwanja la semaine dernière. Les lecteurs de ce blog ont lu récemment une description de ce qui s'est passé en réalité. D'autre part, les FARDC dans leur fuite des bruits de botte des hommes du CNDP à partir de la cité de BUTARONGORA à quelques 10 km de Kanyabayonga, ont pillé systématiquement Kanyabayonga. Ils ont commis des violations horribles sur les personnes et biens dans la cité de Kanyabayonga. Ban Ki-moon, du haut de son bureau à New York dit qu'il rappelle toutes les parties concernées que toute violation du droit de la guerre implique de poursuites pénales personnalisées, surtout dans le chef du haut commandement militaire des armées en cause.

Le problème qui se pose est toujours celui d'un langage ambigüe de l'ONU et de la CIJ. Il y a eu des crimes contre l'humanité perpétrés de manière ciblée contre les tutsi dans l'ordre suivant, sans aucune réaction ni de l'ONU, ni du procureur de la CIJ:

- Novembre 2008: pillages et violations à Kanyabayonga par les FARDC

- Octobre 2008: massacres à Goma par les FARDC appuyées par les FDLR dans la ville de Goma ; massacres et pillages à Kibirizi par les FARDC appuyées par FDLR.
- Juillet et Septembre 2008 : pillages et tuerie des tutsis à Nyanzale par les FARDC et FDLR

Et de toute façon, les massacres des tutsis à Kinshasa, Kitona, Kamina, Lubumbashi en 1998 ; à Kisangani en 1999 ; à Bushaku et Bunyakiri en 2003 ; et Bukavu et Gatumba en 2004 n’ont toujours pas suscité d’intérêt de la part de l’ONU ni de la CIJ. Pourtant ils ont tous été perpétrés par les plus hautes instances de la hiérarchie militaire des FARDC. Le Général Major Mbuza Mabe qui commandait la dixième région militaire n’a pas été poursuivi.

Il est donc surprenant que le procureur Moreno Ocampo veuille initier une enquête à Kiwanja sans tenir compte de l’épuration ethnique continue que les tutsis congolais subissent aux mains des FARDC et des forces génocidaires Ex-FAR/Interahamwe-FDLR, ainsi que les exactions horribles que ces dernières infligent continuellement sur tous les congolais habitant les territoires qu’ils contrôlent. L’on peut simplement déduire que la CIJ et Ban Ki-moon lui-même cherchent à distraire l’opinion sur les vrais criminels contre l’humanité. C’est pour cela que l’opinion doit être alertée au sujet d’une manœuvre que les instances internationales amorcent dans le seul but de discréditer ceux qui réclament la dignité du peuple congolais bafouée par le pouvoir en place allié aux criminels universellement connus comme des génocidaires. Ils ont déjà réussi à discréditer Thomas Lubanga. Moreno l’a fait arrêter mais il ne sait pas comment l’incriminer tout simplement parce qu’il n’y a pas de preuves contre lui, et donc pas de procès possible. La CIJ le garde en détention sans raison valide, ni sur le plan politique, ni sur le plan juridictionnel.

Tuesday, 11 November 2008



Ou comment les puissances étrangères veulent à tout prix réécrire l’histoire des Grands Lacs Africains. Et au passage, ils veulent aussi réécrire le droit international tout en transformant ce qui devrait être une justice internationale en criminalité internationale. Je me servirai de l’article écrit par deux « spécialistes de l’Afrique », Mr François Grignon et Mme Fabienne Hara, tous deux d’International Crisis Group. Je mets spécialistes entre guillemets parce qu’ils sont plutôt spécialistes de leurs propres intérêts en Afrique. Cela est lisible dans leur article apparu stratégiquement la veille de la conférence de Nairobi la semaine dernière. Il a été publié sous le titre de Years of peace-building at stake, le 4 novembre 2008, par le Wall Street Journal Europe.

Ces visibles alliés du gouvernement congolais commencent l’article en affirmant que pour la troisième fois en 12 ans, une rébellion tutsie est en position offensive et menace de prendre la capitale du Nord-Kivu avec l’appui du voisin d’à côté, le Rwanda. Kinshasa, affirme l’article, fait encore une fois appel à l’Angola afin de pouvoir résister ce qu’il perçoit comme une agression rwandaise. Dans ces affirmations introductoires de l’article se trouve clairement établie la position révisionniste non seulement d’International Crisis Group, mais également de toute la communauté internationale au sujet du conflit à l’Est de la RDC. Ces puissances étrangères se liguent pour convaincre l’opinion que ce conflit est un conflit entre la RDC et le Rwanda. La raison en est simplement le fait que toutes appuient passivement ou activement la présence des ex-FAR/Interahamwe en RDC. Cette raison noie automatiquement les revendications citoyennes de Laurent Nkunda et son CNDP dans le jargon inventé par ces mêmes puissances, et qui finit par les éliminer.

On le voit dans la suite de l’article qui affirme littéralement que Mr Nkunda dit que le gouvernement congolais est géré par les génocidaires, pendant que Kabila est absolument loin de commettre ce genre de crime. Premièrement ce que Nkunda affirme et qui est prouvé historiquement et sur terrain, c’est que le gouvernement congolais est allié avec les génocidaires pour combattre des congolais et leur refuser de revendiquer leurs droits et libertés. Ensuite, Kabila a bel et bien de très proches collaborateurs qui tiennent invariablement et publiquement des propos, menaces, génocidaires à l’encontre du CNDP sous prétexte qu’il est appuyé par le Rwanda. Et d’ailleurs il y a eu des massacres perpétrés contre les tutsis congolais depuis 1998 jusqu’aujourd’hui. Ces massacres sont documentés et la dépossession de biens et des libertés subie par cette communauté est reconnue. Elle ne peut être niée que par ceux qui appuient directement et indirectement les Ex-FAR Interahamwe/FDLR, ainsi que le gouvernement congolais qui les utilisent.

International Crisis Group est sans aucun doute du côté de ceux qui appuient ces forces criminelles, conclusion qui découle de son interprétation de la situation. Voilà les éléments de son interprétation qui démontrent à quel point elle est partisane.

1) International Crisis Group considère que Joseph Kabila est arrivé au pouvoir à travers des élections plus démocratiques que celles qui ont porté au pouvoir le chef de l’État rwandais. Les élections présidentielles rwandaises qui ont eu lieu il y a presque sept ans n’ont absolument rien à voir avec la crise à l’Est de la RDC ni avec les revendications du CNDP. La comparaison entre les deux élections n’est utilisée que pour créer le mécanisme d’un révisionnisme anticipé, déjà consacré par ICG qui considère que le problème congolais est un problème rwandais.
2) Les auteurs de l’articles, spécialistes de l’Afrique d’ICG renchérissent en soulignant pourquoi ils considèrent les élections qui ont porté Joseph Kabila au pouvoir comme légitime. La raison en est qu’elles ont été lourdement financées par les puissances occidentales, l’Afrique du Sud et l’Angola. À noter immédiatement qu’il y a là une indication sur qui supporte l’obstination de Kabila de ne pas considérer les congolais du CNDP qu’il combat, comme des interlocuteurs avec lesquels il doit négocier la paix. ICG ne dira jamais, par ailleurs que c’est Kabila qui a pris l’initiative de la guerre.
3) ICG considère que les élections de décembre 2006 ont clôturé le chapitre national du processus de paix. Mais le monde a en mémoire les combats sanglants et les tueries menées par la garde présidentielle de Joseph Kabila contre le peuple congolais qui protestaient contre le manque de transparence ayant entaché les élections. ICG considère aussi qu’un chapitre plus ample du processus de paix avait été clôturé en 2003. On suppose qu’il s’agit de l’accord de Sun City. Mes lecteurs devront attendre la semaine prochaine, je publierai en anglais une explication montrant que justement le conflit actuel est dû à l’échec des négociations de Sun City.
4) ICG justifie la collaboration entre le gouvernement congolais et les génocidaires FDLR avec les raisons suivantes :

- La soif de vengeance qui anime Kinshasa contre le gouvernement rwandais, une soif que Mr Grignon et Mme Hara affirment qu’elle existe dans les cercles militaires et politiques les plus proches de Kabila, à cause de l’humiliation qu’a été le rôle que le Rwanda a eu dans le renversement de la dictature mobutienne et l’installation au pouvoir du kabilisme. C’est cela qu’ils appellent la brutale occupation rwandaise pendant quatre ans.
- L’inexistence d’une armée congolaise capable de contenir la rébellion du CNDP. Les auteurs de l’article croient que l’échec de l’intégration de l’armée qui est à l’origine de la rébellion de Nkunda n’est pas dû à l’échec de Sun City en soit, mais à la corruption de la hiérarchie militaire et l’intransigeance de Laurent Nkunda. Mais ils confondent intransigeance avec la détermination à ne pas admettre une injustice flagrante démontrée par la position de Laurent Nkunda depuis 2003. Le CNDP veut une vraie integration de l'armee, une restructuration federale de la RDC pour en permettre une meilleure gestion, et bien sur, une citoyennete inclusive pour les tutsis congolais.
5) Les solutions proposées par ICG ressemblent à s’y méprendre avec les résolutions sans force obligatoire ni probante de la dernière conférence de Nairobi. Mr Grignon et Mme Hara propose que Kabila plient les extrémistes de son entourage et accepte une supervision internationale directe de son armée au Kivu, pour démanteler les FDLR. C’est là une mesure kosovisatrice d’abord parce qu’elle confirme que ICG est à la recherche d’une tutelle pour l’EST de la RDC. Ensuite parce qu’ils croient que seule une force internationale peut démanteler les FDLR, mais le CNDP équipé par les mêmes moyens qu’une force de tutelle peut les démanteler en quelques semaines.
6) Mr Grignon et Mme Hara pensent que la seule façon d’en finir avec la rébellion du CNDP c’est que les mêmes puissances qui ont fait élire Kabila mettent une pression plus importante sur le Rwanda.

Le révisionnisme d’ICG est patent ici. Il consiste : a) à faire oublier que les FDLR sont des génocidaires ; b) qu’en s’alliant avec elles Kinshasa et les puissances européennes et africaines qui appuient Kabila veulent réécrire le droit international en légitimant l’action déstabilisatrice d’une force criminelle ; c) qu’en persistant dans l’effort de ne pas considérer les revendications du CNDP comme congolaises, c’est simplement vouloir déstabiliser la région en transférer entre les congolais et leur pouvoir en conflit entre deux, et même plus d’États voisins. Un tel révisionnisme vise à préparer l’opinion à une kosovisation que le CNDP ne veut pas, mais que les puissances étrangères veulent et pour ce faire, utilisent Kabila et les génocidaires FDLR.

Monday, 10 November 2008


Regional organizations never sent troups to desarm genocide militias FDLR operating in Eastern DRC for 14 years now, but they are ready to send in troups to help Kabila fight the CNDP: here goes the answer from the Movement's Chairman:

These are the first SADSC troups:

And this is how the vultures defend Kabila and Interahamwes. Notes what Grignon writes about Nkunda's claims being ludicruous!!!!

Saturday, 8 November 2008



Ceux que j’appelle les vautours qui vivent du conflit à l’Est de la RDC s’adonnent, depuis les affrontements de ces derniers mois, à une manipulation outrancière visant à discréditer le CNDP. Les lecteurs de mon blog savent que j’appelle vautours tous les Organismes Non Gouvernementaux qui opèrent à l’Est de la RDC. Il y en a qui relayent effectivement le message des extrémistes tel que le gouverneur de la province du Nord-Kivu, les célèbres députés Bariyanga, Barihima et consorts dans leurs efforts divisionnistes. Ils coopèrent avec la coalition FARDC-FDLR-PARECO-MAY MAY pour provoquer délibérément les déplacements des populations, avec comme double objectif en imputer les conséquences au CNDP ; et donner ce dernier en pâture à la communauté internationale. Ces ONG et la communauté internationale elle-même ont besoin de l’inflation des déplacements pour justifier leur raison d’opérer au Kivu. Il a même été question, à la toute dernière conférence de Nairobi, de créer, à l’initiative de la diplomatie française, un couloir humanitaire pour accéder aux IDPs (Internally displaced people). À Nairobi l’on semble ne pas avoir tenu compte du fait que le CNDP a créé un couloir humanitaire. Seulement les vautours ne sont pas satisfaits parce qu’en zone sécurisée par le CNDP, la population peut regagner ses terres. Ceci fausse les calculs leur calcul. Ce qui fait qu’ils ne sont que trop contents des escarmouches provoquées par les angolais hier à Goma. Cela leur a permis de créer effectivement des déplacés. Une preuve de plus que les vautours et le gouvernement travaillent en tandem pour martyriser la population.

Comme si cela ne suffisait pas, les ONG trouvent d’autres moyens de se liguer avec le gouvernement contre le CNDP. Cette semaine, Benevolencja a clamé haut et fort que le CNDP avait tué un journaliste de Radio Raku à Kiwanja. Mais il vient de réapparaître. Par contre un certain nombre de notables du CNDP a disparu avec un journaliste congolais, un journaliste belge et son interprète. Curieusement Benevolencja n’a pas accusé les ravisseurs. L’on sait avec certitude qu’ils avaient été kidnappés par les FARDC comme vient de le déclarer le journaliste Charles Ntirigicya qui a été libéré tout comme le journaliste belge. Il a affirmé qu’ils étaient détenus au camp Mabenga que tout le monde sait être le quartier général de l’homme fort des FARDC, Delphin Kahimbi. En réalité ces deux doivent leur vie sauve à deux des notables du CNDP qui ont été décapités. Bien entendu, c’était des tutsis. Les ravisseurs ont libéré un des otages pour qu’il aille obtenir de son mouvement le CNDP, une rançon de 30.000 US$ avec la promesse de libérer le reste. Avant que la rançon ne soit remise, les seuls tutsis parmi les kidnappés ont été tués, ce qui a poussé leurs compagnons à tout faire pour s’échapper. À la fin les ravisseurs se sont retrouvés avec un journaliste étranger et un proche de Radio Okapi, ils se sont vus obligés de les laisser partir. C’est parfaitement hypocrite de la part de Benevolencja de n’avoir rien dit. La disparution de personnes, quand elle advient du côté du CNDP et opérée par les FARDC ne semble avoir aucun intérêt ni pour les ONG, ni pour la presse ! Comme si la violation des droits de l’homme subie du côté du CNDP n’en était pas une.


Comme il était prévisible, à Nairobi, il s’agissait de trouver une assise prétexte pour ouvrir la voie à une augmentation exponentielle des troupes à l’Est de la RDC, si besoin est, affirmaient les journalistes présents à Nairobi hier dans la soirée. Donc le scénario a été monté juste pour faire épouser à tout le monde l’option guerrière de Joseph Kabila. Ce qui est étonnant c’est que l’on ne parle plus de désarmer les FDLR, force génocidaire bien connue. Mais l’on sait pourquoi : c’est la communauté internationale qui la soutient et qui veut que cette force déstabilisatrice, qui travaille à asseoir Kabila au pouvoir, demeure de manière permanente en RDC. Donc la communauté internationale montre une fois de plus son visage hideux en optant pour la guerre au Kivu.


Ils préparent cette kosovisation qui inclue une épuration ethnique en cours depuis l’entrée des ex-FAR-Interahamwe-FDLR à l’Est de la RDC. Le schéma est complété par l’entrée dans la danse de Bernard Kouchner, justement compétent en matière de Balkanisation. Le fameux unfinished business des français dans les Grands Lacs Africains. Ne pouvant plus engager les forces françaises (qui se débattent encore dans les affres des accusations autour de la tristement célèbre opération turquoise), il y va par forces régionales interposées (les forces angolaises en l’occurrence) et l’aval de l’ONU pour d’autres troupes qui seront spécifiées incessamment pour grossir la MONUC. Les FDLR-PARECO-MAY MAY sont sur place, déjà en train de massacrer à Goma comme ils l’ont fait partout au Nord comme au Sud Kivu. La déstabilisation de la Région vient donc de recevoir son go ahead, avec en prime un envoyé spécial de l’ONU dont on peut douter la compétence surtout à cause du niveau de corruption qu’il a supervisé dans son pays pendant qu’il en était le chef d’État.

Quel rempart reste-t-il pour la population du Nord-Kivu face à une militarisation à outrance légitimée par le secrétaire général des Nations Unies lui-même ? Aucun, en tout cas pas du côté du gouvernement congolais qui recourt toujours aux brouillons que lui prépare la maffieuse communauté internationale. Mais du côté des fils du peuple congolais, il en reste un véritable: celui du CNDP que les politiciens et les journalistes vilipendent parce que ce mouvement rejette les copions des fausses solutions hypocrites de la communauté internationale. Il n’a pas non plus peur de ce déploiement de forces que l’ONU va imposer au peuple congolais pour satisfaire Kabila et Louis Michel. Il se battra comme il s’est déjà battu et sa victoire n’est pas en doute. Car, contrairement à Kabila et Ban Ki Moon, le CNDP ne veut pas de la balkanisation de la RDC.


Ce n’est pas seulement son argument militaire, sa riposte convaincante aux attaques des FARDC-FDLR-PARECO-MAY MAY et autres qui est toujours victorieuse depuis que Kabila a voulu faire la guerre à Nkunda au lieu de rapatrier les FDLR. L’argument du CNDP qui fait le plus peur, c’est qu’il prône un changement de régime. C’est l’option fédérale que prône le programme politique de Laurent Nkunda qui fait perdre la tête à l’ONU, à la France et même à la Belgique, car ce système rompra complètement les cercles de corruption et de clientélisme. C’est un système qui, contrairement à ce que disent les ennemis du peuple congolais, assurera une autonomie de gestion des provinces (États fédérés) au sein d’une RDC plus forte qui remettra vite et efficacement en question la nouvelle forme de colonialisme qu’impose les organisations internationales qui tombent en désuétude : l’ONU elle-même, les institutions de Bretton-Woods, ainsi que le système des partis politiques traditionnels à idéologies défaillantes. Le clivage qu’entraînent ces partis, l’asservissement que la corruption du monde financier exerce sur le monde politique à travers eux, met de plus en plus en évidence que les besoins du peuple, objet de tout exercice politique doivent primer sur les intérêts maffieux. Un CNDP qui veut servir le peuple d’abord et, en plus, sait très bien sous quel système politique le faire, est devenu la bête noire de Kabila et d’une communauté internationale corrompue. Automatiquement, il est devenu le plan B, et même C si nécessaire, pour le peuple congolais. Il ne peut donc que fédérer tout ceux qui croient en l’efficacité d’une RDC fédérale. Et ceux-là, il y en a dans tous les coins du pays : de Goma à Boma, de Dungu à Likasi, de Boende à Kamina, etc. Et ne parlons pas de ceux qui sont dans la diaspora et qui souffrent tous les jours des conséquences d’un régime politique complètement tombé en faillite avec la bénédiction des parrains du Rais !

Friday, 7 November 2008


Les angolais confirmes a Goma:

Louis Michel pense que l'heure est venue:

Et voici autre chose:



Une énième conférence sur le conflit à l’Est de la RDC. Les observateurs sont d’accord qu’elle ne va rien produire de consistant. C’est à cause de l’obstination de la communauté internationale à considérer, comme son poulin Kabila qu’il s’agit de ce que le wolfpack press appelle a proxy war entre deux pays voisins. Mais en récapitulant il faut dire que c’est à cause des intérêts maffieux que cette même communauté internationale et le gouvernement de Kinshasa entretiennent que l’on refuse d’appeler le conflit congolais par son nom. Nous attendons encore le jour où cette nébuleuse communauté internationale reconnaîtra qu’elle a, elle-même, mis des moyens précis à installer la cause du conflit en territoire du Nord-Kivu. Il s’agit comme on le sait des ex-Far/Interahamwe devenues dans l’entre-temps FDLR. Et pire elles se sont muées, aux bons soins de Kabila père en armée au service du gouvernement congolais, aujourd’hui utilisée par Kabila fils pour combattre des congolais qui dénonce son gouvernement corrompu, inefficace et kléptocratique. Rien ni personne ne changera les revendications légitimes du CNDP, un mouvement congolais qui revendique la liberté de vivre d’une partie de la population constamment soumise à des exactions perpétrées contre elle par son gouvernement, son armée, et les forces génocidaires sous œil condescendant d’une communauté internationale qui n’ose montrer son visage qu’à travers des fonctionnaires insignifiants tel que les porte-parole de la Monuc dont les déclarations font foi de parole divine quand il s’agit de vilipender le CNDP.

Les sons de tam-tam qui servent de musique de fond à la conférence

1) Ce matin le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, appelle la communauté internationale à s’investir pour arrêter les « massacres sélectifs » qu’il dit être perpétrés par le CNDP à Kiwanja depuis hier contre une certaine ethnie. Mais qu’est-ce qui se passe en réalité ? Les May-May qui, comme le Pareco et les FDLR, appuient les FARDC ont méprisé le cessez-le-feu en attaquant le CNDP à Kiwanja. À défaut de combattre lui-même, Delfin Kahimbi utilisent ces groupes armés qui se mimétisent à la population pour essayer de vaincre le CNDP puisqu’il a promis au Rais une victoire. Les représailles du CNDP ne pouvaient pas se faire attendre. Ce mouvement s’applique à nettoyer son fief de ces groupes armés qui n’hésitent pas à prendre en otage les populations locales. Donc quand Julien Paluku parle de 10 personnes tuées, ils parlent plus probablement d’éléments FDLR-PARECO-MAY MAY. Ce qui n’est pas étonnant puisqu’ils sont à son service, étant donné qu’il est comme le Rais, convaincu qu’au lieu de négocier avec le CNDP, il faut provoquer plus d’instabilité dans l’espoir d’émouvoir les assises de Nairobi.

2) La Monuc, par la voix rocailleuse de Sylvie W. renchérit sur les propos du gouverneur en demandant un retrait immédiat des groupes armés du territoire de Rutshuru. Mais elle sait qu’elle veut dire le retrait du CNDP, car les FDLR-PARECO-MAY MAY y ont toujours opéré en toute quiétude. Ils ont décimé le parc national sans que personne ne dise qu’ils maltraitaient la population et décimaient l’écosystème. Elle veut aussi faire croire que la Monuc maintient des discussions avec les groupes armés quand elle ne fait que crier au déplacement des populations toujours pour agiter le spectre de la catastrophe humanitaire pour, encore une fois, émouvoir Ban Ki Moon à Nairobi.

3) Le HCR dit suspendre l’assistance aux déplacés qu’il ne trouve plus, aux dires de son chargé de communication qui parle un français lamentable. Il aurait dû écouter le porte-parole du CNDP pour savoir où sont ces populations que le HCR dit s’être miraculeusement évanouies dans la nature.

Donc nous sommes devant le même scenario que les vautours (le pouvoir à Kin, la fameuse communauté internationale et les ONG parasites) organisent afin de pouvoir nourrir un conflit qui constitue leur source de revenu. Il s’agit du scenario qui évite à tout prix de mettre face à face le gouvernement congolais et le CNDP pour résoudre un problème spécifiquement congolais. D’où une conférence entre Kabila et Kagame. On se demande pourquoi la communauté internationale veut temporiser encore. Peut-être elle veut attendre une mise en place d’une administration démocrate aux USA ? Après tout c’est sous une administration démocrate que l’ONU et la France ont réussi à implanter les FDLR en RDC. Obama n’a-t-il pas choisi Suzan Rice comme son conseiller en matière africaine, et qui ne sait pas que cette dame était la sous secrétaire chargée des affaires africaines en 1998, vous devinez la suite !

Thursday, 6 November 2008


Les points qu'il faut observer:

  1. C'est une conférence entre Kabila et Kagame sur un conflit qui oppose Kabila à Nkunda. La communauté internationale se trompe une fois de plus ou organise sciemment un dialogue de sourds.
  2. Elle est organisée pour temporiser et donner du temps à Kinshasa de reorganiser ses appuis militaires pour continuer à combattre le CNDP. Pas plus tard qu'au lendement de la visite de Kouchner en Angola, les rumeurs de la présence de mercenaires angolais à Bukavu et Goma s'intensifient.
  3. Obasanjo, le nouvel envoyé spécial de l'ONU à l'Est de la RDC répète mot pour mot le discours de Kouchner: il faut un mandat plus musclé à la MONUC pour protéger les déplacés, mais en fait la population a déjà réalisé que ce sont les extremistes qui la déplacent pour la confiner dans des camps de concentration et donner ainsi une raison aux humanitaires de montrer au monde des images qui justifient leur raison d'être. La réalité est autre: les populations réagissent autrement, elles ont dernièrement brûlé les tentes de leurs camps et ont regagné leurs terres sécurisées par le CNDP. D'où le choc de ces humanitaires que je continue à appeler des vautours qui vivent sur le malheur d'un peuple martyrisé par un pouvoir qu'il a élu.

Kabila, la France et toute la communauté international avec eux ne tromperont pas toujours et tout le monde!

Wednesday, 5 November 2008


It's a challenge but will try to face it. Will be writing in English because I can't figure out how to put French accent on a bush laptop! Things are taking an other twist as you can see. The Congolese government does not want to negotiate. Another Nairobi conference, probably as useless as the one that produced the Nairobi Agreement last november, is looming:
And Kabila who has made a point of NOT attending International Meetings is going to this one:
The lack of political will on the part of the Congolese governement is as blunt as this:
But neither the Congolese governement nor the international community cannot ignore the elegant and firm warning stated here by Laurent Nkunda:
It's worth noting that Babacar Gaye, despite his crimes in his own country, his involvement in the alliance of genocide forces and the government's forces, his involvement in the ignoble trade of weapon against gold that takes place between MONUC and FDLR, etc..., despite all that he has been reappointed by the UN to head MONUC!!!